NETTALI.COM – Le gouvernement du Canada ambitionne de participer à la relance du chemin de fer sénégalais. Cela, avec la réhabilitation et la modernisation, dans un premier temps, du tronçon ferroviaire Dakar-Tambacounda. C’est ce qu’a indiqué lundi 17 novembre, à Thiès, Michaelle Jean qui rappelle que tout peut se concrétiser dans un ou deux ans.

Au bord du gouffre depuis presque une décennie, voire plus, le secteur du transport ferroviaire peine à se redresser, au Sénégal. A Dakar-Bamako ferroviaire (DBF), les activités sont pratiquement à l’arrêt, avec des voies ferrées détruites. Les cheminots se cherchent et s’interrogent sur l’avenir du chemin de fer et de leurs emplois.

Pour leur donner du sourire et de l’espoir, les partenaires techniques et financiers y ont organisé une visite et décidé de travailler à la relance de l’activité ferroviaire. En 2019, les Français et l’un des géants sud-africains du chemin de fer ont promis d’apporter leur expertise pour faire bouger les choses. Un plan de relance avait été concocté à cet effet. Un an après, rien ne bouge et le constat est toujours le même.

Mais, hier mardi, deux autres géants canadiens, qui évoluent dans le secteur, ont débarqué dans la cité du Rail. Summa et Aecon, deux entreprises canadiennes de construction, veulent révolutionner le transport ferroviaire au Sénégal. Selon la cheffe de délégation, la réhabilitation et la modernisation de l’axe Dakar – Tamba va contribuer au désenclavement, mais aussi au développement intégré du Sénégal. “La coopération entre le Sénégal et le Canada se veut forte dans un partenariat public-privé. Elle est inscrite dans une collaboration pour la modernisation et la réhabilitation du grand réseau ferroviaire au Sénégal, de Dakar à Tambacounda et avec une projection en temps et lieu de pousser encore plus loin. C’est un grand projet pour l’Afrique. C’est à la fois pour le Sénégal, mais aussi pour le continent africain’’, affirme Michaelle Jean.

Au Sénégal, les travailleurs du chemin de fer sont toujours animés de patience, malgré la situation qu’ils vivent. Mais à quand le démarrage effectif des activités de relance annoncé à maintes reprises ? Pour bientôt, s’empresse d’ajouter l’ancienne secrétaire générale de la Francophonie. D’ailleurs, elle précise que, dans le cadre de cette relance, la délégation qu’elle a conduite hier à Thiès a rencontré le chef de l’État Macky Sall et l’ensemble des ministres concernés pour définir, ensemble, les contours du protocole d’entente. Une entrevue qui, selon elle, va faire bouger choses très vite.
Nous avons rencontré hier (lundi 16 novembre 2020) le président de la République Macky Sall, avec ses ministres. Nous avons vraiment jeté les bases d’un protocole d’entente qui va se réaliser autour d’échéancier et de plan d’exécution pour pouvoir pousser au plus vite ce projet, et dans des délais raisonnables, parce qu’il y a un sentiment d’urgence (…). Le Sénégal a besoin de ce chemin de fer. Parce qu’il est une solution à l’exode rural. Nous sommes en train de construire le plan’’, fait-elle savoir au terme d’une visite guidée dans les ateliers implantés au sein de la Dakar-Bamako ferroviaire.

Mayacine Camara (secrétaire d’État) : “L’espoir est permis’’

De plus, l’ancienne gouverneure générale du Canada trouve impératif de disposer d’un trafic ferroviaire solide, pour jeter les bases d’un développement endogène et l’émergence tant souhaitées par les autorités nationales. Elle donne l’exemple de son pays le Canada qui, ajoute-t-elle, s’est développé grâce à une bonne politique ferroviaire. “Le pays qui vient en partenariat auprès du Sénégal pour ce grand projet magistral, c’est un pays qui s’est construit autour du chemin de fer, sur ce territoire immense que l’on peut penser du Sud au Nord, d’Est en Ouest. C’est ça qui a permis au Canada de se développer. Toutes ses provinces et tous ses territoires, à la clé, il y avait le chemin de fer. Il assure le transport de marchandises et de personnes dans les meilleures conditions’’, reconnait Michaelle Jean, rappelant qu’avec ce partenariat, le Canada apporte toutes les garanties possibles. Il s’agit, poursuit-elle, de zéro endettement pour l’État sénégalais.

Pour sa part, le secrétaire d’État au Réseau ferroviaire espère qu’avec l’arrivée des industriels canadiens, le chemin de fer se développera très bientôt. De plus, dit-il, il y a des raisons de croire que cette fois-ci sera la bonne. “Avec ces partenaires, nous sommes presque d’accord sur tout. La signature de la convention et du protocole ne va pas tarder. Pour cette fois, nous espérons que c’est le véritable déclic de la relance du chemin de fer au Sénégal. L’espoir est permis’’, se glorifie Mayacine Camara. Avec ce brin d’espoir, celui qui a hérité de ce poste au lendemain de la Présidentielle du 24 février 2019, a mis à profit sa visite à DBF pour prononcer un discours d’apaisement à l’endroit des travailleurs du chemin de fer. Il leur demande de patienter et de mettre de côté leurs revendications. Car, relève-t-il, avant de “revendiquer quelque chose, il faut d’abord que les choses marchent’’. Il poursuit : “Ayez confiance en votre directeur général. Ne vous inquiétez pas. Tout va aller très vite’’, promet le successeur d’Abdou Ndéné Sall.

Enquête