NETTALI.COM – Serait-ce un rêve de revanchard qui se concrétise ? Le président Sall a en tout cas réussi à se tailler son Pds mais sans Me Wade. En d’autres termes, une recomposition de la famille libérale sans son chef historique pourtant bien vivant. Il doit se sentir bien mal ce dernier des Mohicans. On est bien loin de « Massalikoul Djinaan » et des retrouvailles historiques que l’on croyait actées.

Oumar Sarr, Modou Diagne Fada, Idrissa Seck, Farba Senghor, Pape Samba Mboup de « Mbooloom Wade » sans oublier les amis d’Oumar Sarr que sont Babacar Gaye, El Hadji Amadou Sall, etc sont tous dans le baluchon de Macky. Qui l’aurait cru ? Certains d’entre eux n’ont pourtant jamais souhaité que Macky soit président. Même pas un jour durant. Et pourtant ils iront bel et bien s’abreuver aux fontaines et se gaver à la soupe publique. Dure en effet est la traversée du désert. Peu de politiques sous nos tropiques savent l’affronter. C’est fou ce que les hommes politiques oublient si vite leurs propos de la veille et soient si peu résilients !

Exit ceux qui arpentaient les rues de Dakar pour appâter l’électeur du coin ; ceux qui se débattaient dans les ténèbres ; ceux qui faisaient des road show entre Paris, Londres, Washington… pour ramener des sous ; ceux qui se battaient sur les plateaux télé pour défendre un improbable bilan ou alors organiser des élections paisibles qui allaient permettre à Macky d’être sur le trône. On leur préfère désormais ceux qui, tapis dans l’ombre, accomplissaient les basses besognes ; n’ont jamais dit du bien de Macky Sall, à part railler sa supposée vision ou promettre de dissoudre l’institution où ils sont casés aujourd’hui. Simple ironie de l’histoire. Qu’est-ce qu’il est grand notre Dieu ! Il sait parfois mettre les humains face à leurs propres contradictions. Idy a atterri là où il ne s’attendait pas. Peu importe, l’essentiel est de sauver les Sénégalais de la pandémie et des crises ô combien nombreuses. Les jeunes soldats risquent bien leur vie en Casamance ? Pourquoi pas lui alors ? Il fait bien rire celui-là.

Macky lui, n’en a cure. Dans sa froideur imperturbable, il en a nommés d’autres encore ce mercredi 4 novembre, Maguette Sène entre autres pour créer une ombre de Youm à Mbour. Il a aussi érigé au rang de priorité, la sécurité, la souveraineté alimentaire, la santé, l’éducation, la formation professionnelle, la jeunesse, l’emploi, l’insertion socioéconomique des jeunes et des femmes, l’Artisanat et la transformation du secteur informel (érigé en ministère) pour intensifier, a-t-il dit, les processus de valorisation du potentiel économique et du savoir-faire séculaire local, l’accélération d’une part des programmes d’inclusion et d’équité sociale et territoriale, etc. Bref tout est devenu prioritaire. En d’autres termes, il faut que les gens se mettent au boulot, mais en mode « fast track ». Mais qu’est-ce qu’il est difficile de faire du neuf avec du vieux ! On espère juste que l’homme qui se plaît si bien à rappeler et à réitérer ses directives dans les communiqués hebdomadaires du Conseil, sera suivi dans ce rythme d’enfer qu’il veut imprimer à tous ces gens qui étaient déjà bien là.

Mais pour l’heure, c’est toujours la ruée des jeunes en pirogue vers le très incertain Eldorado Européen avec le risque de finir au fond des océans. Vous imaginez bien le risque qu’ils osent prendre ! Leur galère est-elle à ce point aiguë ? Les fonds de mer continuent en tout cas à être râclés par ces chalutiers sans pitié au nom d’une licence du laisser-faire. L’emploi se raréfie, le sous-emploi se développe, les perspectives s’amenuisent et l’horizon s’assombrit.

La foi des musulmans elle, continue toujours à être piétinée. Leur croyance foulée au pied. Macky qui était Charlie à Paris, doit bien le regretter. Macron a demandé de continuer à caricaturer. Et pourtant on attend toujours le commentaire du président Sénégalais, pour le musulman qu’il est.

Outre-Atlantique, plus précisément aux Etats-Unis, Trump est en train de mettre à exécution ce qu’il avait annoncé. Créer la confusion. Après avoir crié victoire, il a dénoncé des fraudes et appelé au recomptage des voix. Il cherche aussi à stopper la comptabilisation des voix en Pennsylvanie, cet état clef. Normal, ça sent le roussi pour lui. C’est la surenchère. Tel Cellou Dalein en son temps en Guinée au moment où Alpha semble bien conforter son fauteuil. En Côte d’Ivoire, c’est la confusion à tel point que Soro en a appelé à la réaction de l’armée. C’est le syndrome guinéen qui se reconstitue. Bédié ne peut plus sortir de chez lui, la gendarmerie assure sa sécurité ! Sacrées républiques bananières ouest-africaines ! C’est le bordel partout. Oui partout. Trump les a rejointes.

Au Sénégal la question du 3ème mandat crispe toujours le jeu politique. Plus le temps passe, moins on comprend où va Macky Sall. Le cap qu’il prend est difficile à percevoir. Lui seul semble le connaître. Mais à force de jouer, ne risque-t-il de se prendre à son propre jeu ?  Ce sont les gens de l’Apr qui doivent bien être dans le désarroi. Qui pour y assurer la relève dans cet entourage bien infiltré par les alliés et les libéraux du Pds ? A moins que, peut-être, Mack Sall veuille rempiler. L’Apr devrait en tout cas changer de nom. Pardon l’alliance c’est « Benno Book Yaakaar » qui devrait avec tous ses néo-partisans fraîchement arrivés. Que Moustapha Niasse et Aminata Mbengue Ndiaye, soient sur leurs gardes. Avec la constante ou plus exactement le « Roi soleil », rien n’est plus aussi sûr.