NETTALI.COM – Et de trois ! Le directeur général de l’AGETIP a encore attrait devant la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar un des ses agents.

Faux et usage de faux dans un document administratif et diffamation. Ce sont les faits pour lesquels le DG de l’Agetip a attrait Maguette Babou. Le tribunal s’étant déclaré incompétent pour le second délit, le coordonnateur de la cellule de passation des marchés licencié en septembre 2020 a été jugé pour le premier uniquement.

Pour le faux, le prévenu est accusé d’avoir élaboré des états financiers alors qu’il n’en avait pas le droit. Pis, il n’a pas, au préalable, informé son supérieur hiérarchique à savoir le boss de la boite.

Des faits que ce dernier a battus en touche pour se défendre. A l’en croire, il n’a point fabriqué d’états financiers. Ce qu’on peut lui reprocher, reconnait-il, c’est d’avoir collaboré avec un cabinet d’audit. En sus, il jure n’avoir jamais donné des informations à la presse comme l’accuse le directeur de l’AGETIP.

Le directeur financier a, malgré les dénégations du prévenu, campé sur sa position en réitérant ses accusations.

Selon les conseils de l’Agetip, leur client a tenu à traduire son employeur devant les juridictions c’est parce que les agissements de ce dernier peuvent déstabiliser la boite. Ainsi, pour réparer le préjudice subi,  il ont réclamé 100 millions de francs CFA.

Le parquet a joué la carte de la neutralité en requérant l’application de la loi. Là où les avocats de la défense ont plaidé le renvoi des fins de la poursuite. Ce, parce que, à les en croire, il n’y a aucun élément attestant la culpabilité de leur client.

L’affaire est mise en délibéré pour jugement qui sera rendu mardi prochain.