NETTALI.COM – Des peines de 6 mois à 3 ans de prison ferme, c’est ce que risquent les six prévenus arrêtés suite à la saisie, à la Rue Tolbiac, de 150 tonnes de riz impropres à la consommation. Ils ont comparu, ce matin, à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar.

Les six personnes arrêtées à la suite de la saisie de 150 tonnes de riz impropres à la consommation à la rue Tolbiac risquent gros. En effet si en rendant sa décision le 14 février prochain le tribunal suit le maître des poursuites dans ses réquisitions, ils risquent entre 6 mois et 3 ans de prison ferme. S’agissant des faits, dans la nuit du 30 au 31 janvier 2020, le Commissariat de Rebeuss a procédé à la saisie de 150 tonnes de riz impropre à la consommation, à la rue Tolbiac. Le riz en instance de reconditionnement allait être revendu entre 6.000 et 10.000 F le sac.

Pis, la marchandise a été été mise dans des sacs qui laissaient croire que c’était du riz de qualité.   C’est sur ces entrefaites que les commerçants Mbaye Guèye, Djiby Thiam, El Hadj Kane Serigne Bassirou Ndiaye et Moussa Diakhaté ont été arrêté. Ce n’est pas tout car Issa Traoré, le gardien préposé à la sécurité de l’entrepôt où était stocké le riz, a été aussi arrêté.

Attraits à la barre pour association de malfaiteurs, mise en danger de la vie d’autrui, mise en vente des produits corrompus ou toxiques, tromperie sur la qualité substantielle d’une marchandise et pratique illicite de prix, ils ont soutenu que le riz était destiné à la consommation animale. Malgré cela, le maître des poursuites demeure convaincu que les prévenus avaient bien l’intention de mettre le riz à la disposition de la population. Suffisant pour lui de dire que c’est une affaire extrêmement grave qui allait poser un problème de santé publique car, déduit-il, si la patrouille ne l’avait pas vu, le riz serait en train d’être consommé et créer des maladies au sein de la population ou même les tuer. S’agissant des peines, il a requis 2 ans dont 6 mois ferme contre le gardien.

Quant aux commerçants Djibril Thiaw, Mbaye Guèye et El Hadj Kane, la parquetière a requis 3 ans. Là où 2 ans ferme sont requis contre Serigne Bassirou Ndiaye et Moussa Diakhaté. La défense a pris le contrepied du maître des poursuites en soutenant que le riz n’est pas destiné à la consommation humaine. Le délibéré sera rendu le 14 février prochain.