NETTALI.COM – Ahmadou Mbaye est condamné à la prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle avant 14 ans. Il avait tué sa femme Bigué Ndao et 71 coups d couteau.

Ahmadou Mbaye a reconnu avoir poignardé à mort la mère de ses deux enfants, Bigué Ndao, dans sa résidence d’Edmonton en 2018. Il a plaidé coupable à une accusation de meurtre au deuxième degré devant la Cour du Banc de la Reine.

Selon la version conjointe des faits présentée en cour mercredi, M. Mbaye s’est rendu au domicile de Mme Ndao, dans le quartier de Strathearn, à Edmonton, le 7 mai 2018. Il lui a donné 71 coups de couteau, brisant trois couteaux au cours de l’attaque.

Bigué Ndao avait deux filles âgées de 7 et 10 ans au moment des faits.

Un meurtre au deuxième degré entraîne une peine de prison à vie au Canada. M. Mbaye ne pourra pas demander de libération conditionnelle avant 14 ans.

La Couronne demandait que cette période soit de 16 à 18 ans.

Le juge a également interdit à M. Mbaye de communiquer avec ses filles tant qu’elles sont mineures et de posséder une arme à feu.

C’est avec une voix tremblante que l’accusé s’est adressé à la cour mercredi pour exprimer ses profonds regrets  au sujet de ce qui s’est passé.

Je m’excuse à mes enfants, à ma famille et à la famille de Bigué, et aussi à la communauté , a-t-il enchaîné.

Étouffé par les larmes, il a dû laisser son avocat lire le reste de sa déclaration à sa place.

UNE ATTAQUE CHOQUANTE ET HORRIFIANTE 

Ahmadou Mbaye et Bigué Ndao ont vécu au Canada plusieurs années, avant de retourner au Sénégal pour un certain temps en 2015 avec leurs enfants. Il y avait alors des tensions croissantes dans le couple, car Mme Ndao voulait retourner élever ses filles au Canada, alors que son mari souhaitait les garder au Sénégal.

Elle a finalement emmené ses filles en Alberta en 2016, sans lui. En 2018, elle a entamé une procédure de divorce. Entre-temps, M. Mbaye est lui aussi revenu au Canada et s’est trouvé un emploi à Fort McMurray. La veille du meurtre, il a envoyé des fleurs et des chocolats à Mme Ndao, avec une carte la remerciant de tout ce qu’elle fait pour leurs enfants.

Ils ont convenu de se rencontrer au domicile de Mme Ndao pour discuter des enfants, le 7 mai, alors que les fillettes étaient à l’école. C’est là que l’accusé a poignardé la jeune femme à plusieurs reprises avec au moins trois couteaux différents. Il a ensuite appelé les secours lui-même pour se dénoncer et demander de l’aide. Bigué Ndao était morte à leur arrivée.

Des membres de la famille, incluant les deux enfants du couple, se sont adressés à la Cour par vidéo ou par écrit, mercredi, pour parler de l’impact désastreux de ces événements sur leur vie.

Le juge a pris en compte leurs déclarations pour déterminer combien de temps M. Mbaye doit passer en prison avant d’être admissible à une libération conditionnelle. Cette période peut varier de 10 à 25 ans.

Dans sa décision, le juge a considéré l’aspect particulièrement violent de l’attaque ainsi que le fait qu’il s’agisse d’un cas de violence conjugale comme des circonstances aggravantes. Il a cependant aussi admis que les remords exprimés par l’accusé et sa volonté de plaider coupable comme des circonstances atténuantes.