NETTALI.COM – Alors qu’elles tentaient de se rendre en France avec de faux passeports pour rejoindre leurs parents, Athmar Mohamed Ali et Sandra Mohamed sont tombées dans les mailles des filets des gendarmes. Les deux ressortissantes comoriennes ont entraîné dans leur chute leur cousin Ahmada Ibnou Abass Al Hassane Touré, et Racine Athi. La publication de ce mardi du journal Enquête nous informe qu’ils comparaissaient tous, hier, devant la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar.

Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux et complicité de ce chef. Selon l’économie des faits, asthmatiques, Mohamed Ali et Sandra Mohamed, de nationalité comorienne, voulaient rejoindre leurs parents établis en France. Mais les jeunes filles ne disposaient pas de documents en règle. En effet, les passeports français qui étaient en leur possession étaient des faux. Elles sont arrêtées à l’aéroport international Blaise Diagne avant leur embarquement. Athmar Mohamed Ali, née en 1998 et étudiante en pâtisserie, déclare à la barre que c’est Al Hassane Touré qui leur a remis les passeports en leur suggérant de faire déclarer la paternité. Quant à Ahmada Ibnou Abass, cousin des deux étudiants, il explique que les passeports lui sont parvenus via DHL. A l’en croire, Touré leur a promis de leur faciliter l’embarquement. Il soutient également que c’est Al Hassane Touré qui a acheté les billets d’avion.

Entendu par les magistrats, ce dernier, étudiant en 3e année, réfute les faits et raconte :’’Si je savais que les documents ne leur appartenaient pas, je ne les aurais pas aidés pour l’embarquement. Mais je n’ai jamais détenu leurs passeports.’’ Quant à Omar Racine Athie, qui est poursuivi pour complicité, il dit n’être pas mêlé dans cette affaire, car il accompagnait uniquement son voisin Ahmada Ibnou Abass. Ce dernier a conforté sa déclaration en expliquant qu’il ne connaît pas bien Dakar. Dans son réquisitoire, le maître des poursuites a sollicité la relaxe d’Omar Racine Athie, car n’ayant pas assez de preuve pour l’incriminer. S’agissant des autres prévenus, le représentant du ministère public a requis 3 mois de prison ferme contre eux. Les conseils de la défense ont, de leur côté, demandé une application bienveillante de la loi pénale. Au terme des plaidoiries, le tribunal, après avoir relaxé Omar Racine Athie, a reconnu Athmar Mohamed Ali, Sandra Mohamed Ahmada Ibnou Abass, Alhassane Touré coupables. Ils ont écopé d’une peine de deux ans de prison avec sursis.