NETTALI.COM – Après que le nouveau gouvernement de transition a satisfait à plusieurs exigences de la CEDEAO, l’organisation sous-régionale étudie la possibilité de lever les sanctions infligées au Mali depuis le coup d’Etat ayant emporté le régime de Ibrahima Boubacar Keïta.

Malgré la nomination d’un civil à la fonction de premier ministre, la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest maintient les sanctions économiques imposées au Mali.

 Toutefois, l’organisation sous-régionale compte lever totalement les sanctions qu’elle a imposées au Mali dès que certains détails de la Charte de la transition seront clarifiés, a annoncé jeudi son représentant spécial pour ce pays, Hamidou Boly.

Selon le représentant spécial de la CEDEAO au Mali, de grands pas ont été faits dans la satisfaction des exigences de l’organisation communautaire, comme notamment la nomination d’un président de transition et d’un Premier ministre civils.

“Il reste quelques petits détails au niveau de la Charte de transition qui concernent les attributs du Premier ministre et du vice-président qui doivent être bien clarifiés pour que cela ne pose pas d’ambiguïtés dans le futur”, a expliqué M. Boly.

La libération des personnalités civiles et militaires détenues depuis le 18 août dans le camp militaire de Kati est également une condition fixée par l’organisation sous-régionale pour lever les sanctions, car elle juge que cette détention “n’est pas conforme aux notions de droits de l’Homme”, indique M. Boly.

“Tous ces détails doivent être clarifiés et je crois que cela va être fait très bientôt. C’est une question de jours”, a assuré M. Boly.