NETTALI.COM – Le président soudanais Omar el-Béchir a été placé jeudi en résidence surveillée, tout comme plusieurs chefs des Frères musulmans, a rapporté la chaîne de télévision al-Hadath.

« Cette chaîne basée à Dubaï a précisé que l’information lui venait d’al-Sadeeq Sadiq al-Mahdi, fils du dirigeant de l’opposition soudanaise Sadiq al-Mahdi. Un peu plus tôt, plusieurs sources gouvernementales à Khartoum avaient déclaré que Béchir avait été contraint à la démission et que des consultations étaient en cours pour former un Conseil de transition », rapporte l’agence Reuters.

« J’annonce, en tant que ministre de la Défense, la chute du régime et le placement en détention dans un lieu sûr de son chef », a déclaré le général Awad Ibn Awf, vice-président et ministre de la Défense sur la chaîne d’État, ce jeudi à la mi-journée. “Il a également annoncé la mise en place d’un Conseil de transition militaire et dévoilé une série de mesures d’urgence, parmi lesquelles la fermeture des aéroports“, rapporte, encore, de son ôté, Jeune Afrique.

Omar el-Béchir, rappelle l’hebdomadaire parisien précité,  né en 1944 à Hosh Bonnaga, est le président de la République du Soudan. Militaire de formation, il combat aux côtés des Egyptiens durant la guerre du Kippour en 1973. Devenu colonel, il renverse le pouvoir en place en 1989, fait interdire tous les partis et instaure un nouveau code légal islamique. Il s’autoproclame président de la République en 1993 avant de se faire élire en 1996 puis en 2010. Il est sous le coup d’un mandat d’arrêt émis par la Cour pénale internationale, pour crimes de guerre présumés au Darfour.