NETTALI. COM – Le Front pour une révolution anti-impérialiste populaire et panafricaine (FRAPP) et Forces Démocratiques Du Sénégal (FDS) sont très remontés contre Mansour Faye, suite à sa sortie au cours il a fait savoir qu’il ne répondra pas de sa gestion des vivres distribués durant la pandémie du Coronavirus. Ces deux entités exigent la démission du beau-frère du Chef de l’État de sa fonction de ministre.

Si l’Ofnac me convoque, je n’irai pas. L’Ofnac n’a pas vocation à convoquer un ministre. Ça ne fait pas partie de ses compétences. En tant que ministre, je ne répondrai pas“. Ces propos du ministre Mansour Faye à l’émission «Grand Jury » de la Rfm sont une pullule qui a du mal à passer pour le Front pour une révolution anti-impérialiste populaire et panafricaine (FRAPP) et Forces Démocratiques Du Sénégal (FDS).

Dans un communiqué conjoint, ces deux entités s’insurgent contre cette attitude de “défiance des institutions de la République par un ministre“. “Après la suspension illégale du mandat de l’ex-directrice de l’OFNAC, Nafi Ngom Keita, pour avoir ouvert une enquête sur la scandaleuse affaire de Petro Tim compromettant la crédibilité de Macky Sall et de son frère Aliou Sall, c’est au tour de Mansour Faye, beau frère de Macky Sall, de prouver qu’au Sénégal, appartenir à la famille Faye Sall est un gage d’immunité“, se désolent les camarades de Guy Marius Sagna et de Babacar Diop. Qui rappellent que “le Président Macky Sall avait dit à ses collaborateurs: « La (Crei) c’est pour les autres, mais l’(Ofnac) c’est pour nous».

Mais, fustigent-ils, “Mansour Faye vient de démontrer que l’OFNAC, c’est pour les autres et non pour la belle famille” .

Ainsi, pour le Frapp et les FDS, “ce refus de rendre compte de sa gestion est en vérité, un aveu de culpabilité“. ” Il ne fait aucun doute que l’aide alimentaire qui devait soulager des populations durement éprouvées par la crise sanitaire, a plutôt servi à enrichir davantage une bande de rentiers parrainée par la famille présidentielle“, lit-on dans le communiqué.

Comment un ministre peut-il octroyer illégalement le marché du convoyage des vivres à un député dont l’entreprise n’est pas en règle avec le fisc, et refuser de rendre compte de sa gestion?“, s’interrogent les signataires. Qui estiment que “s‘abriter derrière son manteau de beau-frère du Chef de l’Etat pour se soustraire de son obligation de reddition des comptes, principe élémentaire de bonne gouvernance, relève de la lâcheté“.

Face à ce refus de Mansour Faye de déférer à la l’Ofnac où ils ont déposé une plainte contre lui, le FRAPP et FDS mettent en garde le président de la République “contre toute forme de pression sur l’OFNAC en vue de torpiller l’enquête ouverte sur la gestion des vivres destinées aux populations vulnérables”.

Mieux, ils estiment qu’ “un ministre de la République empêtré jusqu’au coup dans un scandale aussi gigantesque et qui défie ouvertement les organes de contrôle de l’Etat n’a pas sa place au Conseil des ministres“.

Autrement, ils exigent la démission de Mansour Faye de sa fonction de ministre du Développement communautaire et de l’équité territoriale en attendant la fin de l’enquête.

Pour finir, le FRAPP et FDS annoncent qu’ils “prendront toutes les initiatives utiles, en rapport avec tous les Sénégalais soucieux de transparence et de bonne gouvernance, pour que tous les délinquants financiers qui ont détourné l’aide destinée aux populations vulnérables soient punis pour leurs délits“.