NETTALI. COM – Les soutiens en faveur de Souleymane Téliko qui fait l’objet d’une procédure se poursuit. Après Saint-Louis, c’est le comité de ressort de l’Union des magistrats sénégalais ( UMS) qui est monté au créneau pour demander l’arrêt des “poursuites illégitimes” et n’exclut pas des actions fortes comme le port de brassard, des marches ou regroupements en toge.

L’information donnée par le Garde des Sceaux annonçant avoir saisi la formation disciplinaire du Conseil supérieur de la magistrature à la suite du rapport de l’IGAJ concernant le Président de l’UMS, a mis en colère les collègues de Souleymane Téliko en service dans les juridictions de Thiès. Le Comité de ressort a publié un communiqué dans lequel, il réaffirme “son total soutien” à leur collègue et “sa ferme condamnation de cette procédure scandaleuse, initiée dans le seul dessein de museler l’UMS et son président, en particulier dans leur combat légitime pour l’indépendance de la Justice“.

Exhortant les magistrats à rester mobilisés face à cet affront“, les collègues de Souleymane Téliko demandent “l‘arrêt immédiat de ces poursuites illégitimes et, d’ores et déjà, invitent les membres élus du Conseil supérieur de la magistrature à suspendre leur participation aux travaux de cet organe“.

En outre, le Comité qui hausse le ton, invite tous les magistrats à se constituer pour la défense du Président Téliko et à se présenter devant le Conseil de discipline le jour de sa comparution, quitte à ce qu’aucune audience ne se tienne dans les Cours et tribunaux, ledit jour.

Par ailleurs, il n’exclut aucune autre action appropriée, telle que la lecture de déclarations de soutien et de désapprobation devant les juridictions en présence de la presse, les regroupements ou marches en toge, le port de brassards, le renvoi des audiences voire la suspension momentanée du travail, en guise de protestation.

Enfin, le Comité demande la convocation d’une assemblée générale extraordinaire dans les plus brefs délais.