NETTALI.COM  – Le conflit opposant les Industries chimiques du Sénégal (Ics) aux populations de Tobène dans le département de Tivaouane prend une nouvelle tournure. 23 villageois viennent d’être déférés au parquet de Thiès. Suffisant pour mettre en colère Guy Marius Sagna et la plateforme Aar liñu bokk.

23 villageois déférés au parquet pour avoir dit non aux Industries chimiques du Sénégal (Ics). Cela se passe ce vendredi à Thiès. Un dossier qui est le résultat des affrontements de mercredi entre populations de Tobène et les forces de l’ordre. Les villageois s’opposent à la cession de leurs terres aux Ics. Ils réclament une rediscussion des barèmes fixés par l’Etat, selon eux, sans leur consentement.

Les 23 personnes déférées ce vendredi peuvent compter sur le soutien de Guy Marius Sagna et de la plateforme Aar liñu bokk. Dans une déclaration, l’activiste dénonce une“chasse à l’homme”.

23 villageois de Tobène ont été déférés à Thiès aujourd’hui (ce vendredi, ndr) car ils défendent leur terre contre les Ics qui veulent les accaparer à vil prix avec la complicité de l’État“, dénonce Guy Marius Sagna. Qui révèle : “Il est mentionné dans le procès-verbal de la gendarmerie de Mboro que c’est Aar liñu bokk qui les manipule. Nous demandons à la gendarmerie sénégalaise de ne pas faire de la politique politicienne. Ces 23 villageois ne sont pas des terroristes. l’État n’a qu’à chasser le coronavirus et arrêter cette chasse à l’homme.” Avant d’exprimer sa solidarité aux populations de Tivaouane “qui résistent à l’oppression de l’accaparement foncier“. “J’exige la libération dans les meilleurs délais des 23 villageois. J’exige l’ouverture dans les meilleurs délais de négociations en vue d’un prix juste payé aux paysans de Tobène“, a indiqué le secrétaire administratif de “Frapp-France Dégage”.