NETTALI.COM – Le bras de fer entre Akilee et Senelec est loin de connaitre son épilogue malgré la relative accalmie notée ces derniers jours. Aux dernières nouvelles, les comptes de la Société nationale d’électricité ont été bloqués.

Rebondissement dans le bras de fer épique entre la Société nationale d’électricité (SENELEC) et son partenaire AKILEE. En clair, dans sa livraison du jour, Walf Quotidien  informe que la société d’Amadou Ly a fait bloquer avec succès auprès de certaines banques, les comptes de SENELEC. Cela, suite aux défauts répétés de paiement pour des services et prestations qui n’ont rien à voir avec le contrat sur les compteurs intelligents.

De plus, écrivent nos confrères, malgré plusieurs relances amiables et des échéances dépassées depuis 7 mois SENELEC s’obstine à refuser de payer les factures, estimées à 2,6 milliards F CFA, alors même que, rapporte notre source, « AKILEE avait la possibilité de demander la saisie des comptes de SENELEC ». Ce qu’elle s’était refusée de faire jusqu’à maintenant compte tenu, souligne la source, de l’importance et du rôle que joue la SENELEC pour le Sénégal.

Auparavant, relève Walf Quotidien, AKILEE avait continué à maintenir ses services en supportant de nombreuses dépenses lourdes pour la poursuite de l’installation des compteurs dans tout le Sénégal et les charges d’exploitation de l’infra- structure de comptage intelligent déployée. Le journal.de préciser qu’ “avec 87 % des travaux réalisés, seulement 30 % d’avance de démarrage ont été payés. Et là encore, avec 6 mois de retard pour une avance supposée permettre le démarrage des travaux qu’AKILEE a financés par ailleurs.”

Pendant ce temps, il a été fait cas dans la presse de la signature par SENELEC d’un contrat avec la société israélienne Powercom, en violation de la clause d’exclusivité du contrat qui le lie avec AKILEE, pour le déploiement de compteurs intelligents, sans aucun appel d’offres.

Depuis le 22 juillet dernier, le Président du tribunal de commerce hors classe de Dakar par une requête aux fins de saisie conservatoires de créances. Une mesure qui pourrait disjoncter l’électricien à côté des risques d’approvisionnement avec la Société africaine de raffinage dont on parle. Les consommateurs risquent de tirer le nez dans cette bataille électrique qui n’en finit pas.

Le projet SmartSen, pour mémoire, permet de superviser en temps réel et à distance le réseau électrique, de gérer les ouvrages, de prévenir les pannes et avaries sur les transformateurs, de suivre la qualité de l’énergie livrée chez les clients et d’orienter les programmes d’investissement de SENELEC pour l’amélioration de la qualité du service public d’électricité.