NETTALI. COM- La vague d’indignation continue de déferler malgré les arrestations des présumés auteurs du saccage des locaux du journal « Les Echos ». En effet, les associations de presse regroupées au sein d’ une coordination dénoncent avec la dernière énergie « l’agression barbare » perpétrée contre le siège dudit journal par un groupe d’individus le 03 août 2020.

« Cet acte de terreur, lâche et visiblement planifié et coordonné appelle une condamnation de tout patriote soucieux du devenir démocratique de notre pays le Sénégal. Cette tentative de museler la presse sénégalaise intervient dans un contexte où cette vaillante corporation n’a pas fini de pleurer la perte de “soldats de la démocratie », lit-on dans un communiqué signé par la Coordination des associations de presse du Sénégal (CAP).

Ainsi, la CAP se dit réjouir de l’élan d’indignation noté « chez tous les Républicains » et espère promptement que la suite judiciaire qui sera attachée à cette affaire sera assez exemplaire pour que de pareilles agressions ne se reproduisent.

De même la CAP en appelle à la responsabilité du gouvernement de la République du Sénégal afin que la sécurité des journalistes soit une réalité avec le parachèvement des Textes du Code de la Presse.