NETTALI.COM – La Divsion des investigations criminelles ( Dic) a mis la main sur 10 personnes accusées d’avoir volé 25 ordinateurs (22 portables et 3 fixes) dans les locaux de l’Agence de l’informatique de l’État (Adie). Le chef de poste de la gendarmerie de cette structure est désigné comme le présumé chef de bande.

Une série de vol de 22 ordinateurs portables et de 3 fixes avait fini de polluer l’atmosphère au siége de l’Agence de l’informatique de l’Etat (Adie) sise au Technopole de Pikine, en banlieue dakaroise. Créant ainsi un sentiment de
méfiance entre les agents dans cette structure dirigée par Cheikh Bakhoum. Pour tirer au clair cette affaire, le directeur général a saisi la Division des investigations criminelles (Dic) à travers une plainte.

L’enquête ouverte par les hommes du commissaire Aliou Ba  a rapidement porté ses premiers fruits. Selon le quotidien EnQuête, après les premières investigations, recoupements et auditions de toutes les personnes qui ont accès aux lieux ou les vols ont été
commis, un premier suspect a été
appréhendé dimanche. Il s’agit de M. Faye, le chef de poste de la gendarmerie des locaux de l’Adie. Le gendarme est suspecté d’être celui qui soutirait les ordinateurs des lieux où ils étaient gardés.

Poussant leurs investigations, les enquêteurs ont mis la main sur le principal présumé receleur du nom de Nd. Thiam qui a avoué, lors de sa première audition, avoir acheté les 22 ordinateurs portables et 3 fixes volés des
mains de M. Faye à 2 millions de francs Cfa. Il a ajouté qu’il écoulait les ordinateurs dans le marché noir et se faisait d’énormes bénéfices auprès de traditionnels clients.

L’interpellation de Nd. Thiam a permis aux limiers de retracer et de localiser toutes les autres personnes qui sont impliquées dans cette affaire. Selon toujours le journal, toute la bande, forte de 10 personnes, a été mise hors d’état de nuire. A ce stade de l’enquête, poursuivent les sources du journal, les informations en la possession des enquêteurs montrent que le sieur M. Thiam est connu des archives judiciaires comme étant un grand receleur d’objets volés. Pour ne pas courir le risque de se faire coffrer, il s’était entouré des services d’un informaticien qui se chargeait de refaire le paramétrage des ordinateurs volés.

L’enquête suit son cours. Les dix suspects se trouvent dans les locaux de la Dic pour les besoins des auditions. Cela permettra aussi de mettre la main sur les autres probables suspects ainsi que les
autres complices s’il y en a. Les
dix suspects seront présentés au
procureur de la République à la fin
de leur période de garde à vue.