NETTALI.COM – Durement affectée par les contrecoups néfastes du coronavirus, l’économie nationale  devrait connaître une ‘’reprise progressive’’ au deuxième semestre 2020 et en 2021. C’est l’annonce faite par Mitsuhiro Furusawa, directeur général adjoint et président par intérim du Conseil d’administration du FMI, alertant, cependant, sur des perspectives à court terme ‘’moroses et très incertaines’’.
Vendredi, à l’achèvement de la première revue du programme du Sénégal appuyé par l’instrument de coordination de la politique économique (ICPE), le Fonds monétaire international, évoquant les conséquences de la vague pandémique, annonce que l’économie sénégalaise va payer “un lourd tribut”.  Cela,  avec une croissance du PIB qui, selon les projections,  atteindra 1,1 % en 2020, contre 5,3 % en 2019.
‘’Les perspectives à court terme sont moroses et très incertaines. Une reprise progressive est attendue au deuxième semestre de 2020 et en 2021, même si les perspectives risquent d’être révisées à la baisse’’, a mentionné l’institution internationale,  soulignant “l’affaiblissement de la demande extérieure, l’arrêt soudain des voyages et du tourisme, la baisse des envois de fonds des travailleurs expatriés et les effets des mesures d’endiguement prises par les autorités nationales pèsent sur l’activité’’.

Mitsuhiro Furusawa relève, toutefois, que les autorités sénégalaises ont ‘’agi rapidement pour atténuer l’impact de la pandémie en augmentant les dépenses de santé et en offrant une aide ciblée aux ménages vulnérables et aux entreprises’’.‘’La volonté des autorités de garantir la pleine transparence des dépenses d’urgence et du financement au titre de l’initiative d’allégement du service de la dette, ainsi que d’en être pleinement responsables, est notée avec satisfaction et contribuera à assurer la cohésion sociale et à mobiliser une aide financière extérieure’’, souligne-t-il.

‘’Les autorités, exhorte le FMI,  doivent accroître leur aide aux populations les plus pauvres et à l’économie informelle, y compris aux petites et moyennes entreprises’’.  ‘’L’expansion budgétaire temporaire qui est prévue dans la loi de finances révisée pour 2020 devrait contribuer à financer la réponse sanitaire, à protéger les moyens de subsistance et à soutenir l’activité’’, ajoute le texte.
A cet égard, ‘’il sera essentiel de mener une politique budgétaire bien ancrée et solide à moyen terme pour assurer la viabilité de la dette et la stabilité régionale’’. Il  est aussi noté ‘’la volonté des autorités d’en revenir à un déficit équivalant à 3 % du PIB d’ici 2022’’.

Mitsuhiro Furusawa relève que ‘’l’exécution de la politique économique dans le cadre du programme au titre de l’instrument de coordination de la politique économique a été satisfaisante, en dépit des circonstances difficiles’’.

‘’Pour ouvrir la voie à une reprise vigoureuse et inclusive, dit-il, les autorités devront continuer de s’attacher à améliorer le climat des affaires et à stimuler l’investissement du secteur privé, tout en poursuivant les réformes en cours visant à améliorer la gestion de la dette, à accroître les recettes et à renforcer la gestion des finances publiques.’’

Le FMI, sur ce registre toujours, a mis l’accent sur  le “rôle essentiel” que doit jouer le secteur bancaire  “dans le financement de la reprise.’’

D’après le FMI, enfin, la pandémie de COVID-19 a modifié sensiblement les perspectives établies au moment de l’approbation de l’accord ICPE, et a mis fin à une période de croissance vigoureuse qui a avoisiné en moyenne 6½ % au cours des six dernières années.