NETTALI.COM – Abdou Aziz Diop de la coalition « Publiez ce que vous payez », au nom des organisations de la société civile dont le Forum civil, a pris la parole ce matin, à Diamniadio, à l’occasion de la cérémonie d’ouverture de l’atelier de mise en œuvre de la loi sur le contenu local dans le secteur du pétrole et du gaz, présidé par le chef de l’Etat.

Diop a posé un certain nombre de questions au président de la République, au sujet de l’applicabilité de la nouvelle loi sur le contenu local, quand il décèle des risques de discrimination au détriment des non-nationaux. Cela, alors que le Sénégal est lié par des conventions et traités internationaux.

« Vous avez parlé d’équilibre entre le droits des investisseurs nationaux et ceux des investisseurs étrangers. Comment harmoniser ces traités et conventions à la loi qui vient d’être votée, pour éviter les litiges et les contentieux ?», demande-t-il, au président de la République.

Abdou Aziz Diop a  salué la création d’un nouveau fonds. Mais il met en garde contre les lenteurs qui font que les collectivités territoriales peinent à jouir du  fonds de péréquation et d’appui qui leur est dédié. Itou pour le Fonds de développement local pour les collectivités qui abritent des sites miniers. « Jusqu’à présent ce fonds n’est pas encore opérationnel », regrette-t-il.

Il a également salué les « efforts du Sénégal » depuis qu’il a adhéré à l’ITIE (Initiative pour la transparence dans les industries extractives).

Il croit savoir que c’est grâce à ces « efforts » que le Sénégal s’est classé 1er  en matière de transparence, à l’échelon continental et 4e au niveau mondial.

Pour terminer, et éminent membre de la société civile sénégalaise attire l’attention du chef de l’Etat sur les risques liés àau blanchiment de capitaux et à l’évasion fiscale.