NETTALI.COM – L’Union des huissiers de justice stagiaires (UHJS) a adressé une lettre ouverte au président Macky Sall afin d’alerter sur la situation de ses membres.

En 2017, s’ouvrait le premier concours d’aptitude au stage à la profession d’huissier de justice. A l’issue des épreuves, les 16 candidats déclarés admis ont suivi une formation de deux ans à partir du 2 janvier 2018, avant de débuter leur stage pratique de deux ans dans les cabinets d’huissiers de justice.

Seulement, renseigne le communiqué, ils attendent depuis la fin de ce stage, il y a 6 mois maintenant, leur décret de nomination afin d’être renvoyés à l’exercice de leur profession. “Au moment où̀ nous écrivons ces lignes avec désarroi, ces longs mois sont devenus intenables autant sur le plan professionnel, moral que financier. Toutes les informations, de même que les échos font état d’un projet de décret qui serait au niveau du secrétariat du gouvernement, en attente de son adoption par le Conseil des ministres que vous présidez, projet d’ailleurs dont nous ignorons complétement le contenu’’, se désolent-ils.

Les huissiers de justice stagiaires restent cependant préoccupés par le fait que “certaines personnes (clercs) qui avaient échoué́ au concours d’entrée, tendent à̀ être recasées par un lobby d’huissiers de justice tapis dans l’ombre’’. D’après le document, il semblerait d’ailleurs que ces derniers ont inséré́ dans le projet de décret qui est actuellement au secrétariat du gouvernement, “une disposition transitoire dont la seule motivation est de recaser ces clercs ayant échoué́ au concours d’entrée ou choisi de ne pas se présenter au concours’’.

Les membres de l’Union des huissiers de justice stagiaires n’ont pas cependant manqué de rappeler la décision de la chambre administrative de la Cour suprême du Sénégal, relative à l’arrêt n°61 du 28 décembre 2017.

Ainsi, il est “décidé que, conformément à l’article 36 du décret portant statut des huissiers de justice, pour être nommé huissier de justice, “ces clercs doivent être titulaires d’une Maitrise en droit, d’un Master II en droit ou d’un diplôme admis en équivalence, avoir subi avec succès les épreuves du concours d’aptitude au stage, avoir accompli un stage de deux ans dans une étude ou une société́ civile professionnelle d’huissier’’.

Malheureusement, indiquent les huissiers, ce lobby veut passer outre cet arrêt de la Cour suprême pour ainsi, avertissent-ils, “trouver une porte de sortie à̀ ces personnes n’ayant pas rempli les conditions fixées par le décret 2015, portant statut des huissiers de justice’’. Ils attendent du chef de l’Etat qu’il fasse tout ce qui est en son pouvoir pour prendre les dispositions allant dans le sens d’un dénouement “juste et rapide de cette situation’’.