NETTALI.COM – Réagissant à l’affaire Batiplus, le ministre conseiller en Arts et Culture du chef de l’État a lancé, sans le citer, une pique à Cheikh Yérim Seck. Invité de l’émission Grand Jury de ce dimanche, El Hadji Kassé n’a pas manqué de donner quelques leçons de journalisme au patron de Yerimpost.

Les journalistes doivent exiger de leurs sources des preuves, car une source n’est jamais neutre. Elle a toujours une attente en retour. Entre la source et le journaliste, il y a toujours ce qu’on appelle un rapport de manipulation, un rapport de triangulation“, a laissé entendre le ministre conseiller en Arts et Culture du chef de l’État.

Poursuivant son argumentaire, El Hadji Kassé a profité de l’affaire Batiplus, une affaire où le journaliste Cheikh Yérim Seck a été placé sous contrôle judiciaire, pour rappeler quelques leçons de journalisme.

La vérification de l’information est l’une des règles de base les plus importantes du journalisme. Le journalisme est un métier d’ordre scientifique. On y étaye ses allégations par la preuve. La dignité ou la liberté d’un journaliste n’est pas supérieure à celle d’un citoyen“, précise l’ancien directeur général du quotidien Le Soleil.