NETTALI.COM – Noo Lank et “Aar Linu Bokk” sont en rogne contre les pharmacies. Les deux mouvements citoyens les accusent de spéculation sur le prix des masques. Ils interpellent le  ministre de la Santé, Abdoulaye Diouf Sarr.

En cette période de pandémie du Coronavirus où la solidarité devrait être de mise entre les citoyens, les pharmacies font encore parler d’elles. Elles ont refait la même chose qu’elles eussent faite sur le prix des gels antibactériens en le majorant. Ce qui a poussé les organisations « Noo Lank » et « Aar li nu bokk » à monter au créneau pour attirer l’attention face à l’augmentation du prix des masques vendus dans les pharmacies.

Dans une lettre adressée au ministre de la Santé et de l’Action sociale, ces organisations disent avoir acheté 15 masques à la pharmacie Sud Foire. Mais, révèlent-elles, « nous avons été informés que le paquet de 50 masques coûtent maintenant 50.000francs CFA, soient 1.000 francs CFA le masque alors qu’il n’y a guère longtemps ce même masque coûtait 50 francs CFA. Nous en avons acheté 15 pour le montant de 15.000 francs CFA ».

Ainsi, ces organisations protestent contre l’augmentation des prix des masques qui aura pour effet de les rendre difficilement accessibles aux populations alors qu’ils constituent le principal rempart contre la Covid-19. « Nos organisations expriment leurs vives préoccupations devant la situation des médecins généralistes en spécialisation ballotés entre un nombre dérisoire de bourses et leur paiement irrégulier, absence de prise en charge maladie, absence de statut », mentionne-t-on, dans la lettre.

Les deux organisations demandent également le prix du test de Covid-19,  le nombre de lits dont notre système de santé dispose aujourd’hui pour les malades du Coronavirus et les raisons pour lesquelles le campus du COUD, moins cher, n’a pas été préféré aux hôtels par l’Etat.