NETTALI.COM – Si au début de la vague pandémique, le Sénégal avait une courbe en dent de scie, force est de faire remarquer que cette courbe est orientée à la hausse depuis quelques jours, avec les décès qui se multiplient. Un renversement de situation que tente d’expliquer le directeur du Centre des opérations d’urgence sanitaire (COUS), Dr Abdoulaye Bousso.

Le ministère de la Santé a annoncé, lundi, 64 nouvelles contaminations au Covid-19.  A ce jour, 736 cas ont été déclarés positifs, dont 284 guéris, 09 décès, 01 évacué et 442 patients sont sous traitement.

Ainsi, le directeur du Centre des opérations d’urgence sanitaire (COUS), Dr Abdoulaye Bousso a mis le curseur  sur la multiplication des cas qu’il explique par l’augmentation des tests réalisés.« Nous sommes dans la phase ascendante de la maladie au Sénégal. Quelque chose qui est prévisible pour nous. Dans ces types de maladies à caractère respiratoire, la contamination est très rapide. A l’instar des autres pays du monde, nous sommes à cette phase ascendante. Mais nous sommes en train d’élaborer toutes les stratégies pour essayer de limiter un peu cette contamination », déclare le Dr Bousso.
« Depuis le début de la pandémie, dit-il, nous avons effectué 11.032 tests de laboratoire. Dans ce lot, l’institut pasteur de Dakar a réalisé 10.354 tests et l’Iressef 678 tests ».
Dr Bousso, en ce qui concerne les cas graves, explique : « pour les cas graves, nous en avons 14 depuis le début de la pandémie. C’est vrai que 9 sont décédés. Beaucoup pensent que tous les malades de la réanimation de Fann décèdent mais ce que je peux dire c’est que 9 patients sont passés dans la réa de Fann. Parmi ces 9, 4 sont décédés, 3 sortis de l’hôpital guéris, un patient qui a été évacué et qui décédé chez lui et nous avons actuellement un cas là-bas sous traitement.  Les autres malades décédés le sont à Louga, Ziguinchor, Touba et Thiès. Ce dernier est particulier parce que c’est un décès communautaire. C’est une personne qui est décédée dans la communauté en dehors des structures de santé. Nous avons 30 districts sur 79 qui sont touchés actuellement ».