NETTALI. COM- Me Papa Laity Ndiaye ne comprend pas pourquoi les cabinets d’avocats ne sont pris en compte parmi les entreprises commerciales devant bénéficier d’un appui dans le cadre de Force-Covid-19. Selon le bâtonnier de l’ordre des avocats du Sénégal, avec la forte baisse des activités judiciaires, leurs revenus sont affectés.
A en croire le bâtonnier, les cabinets d’avocats sont des entreprises, plus précisément des sociétés commerciales. Par conséquent, Me Papa Laity Ndiaye soutient : “quelque part, à tort, on considère que nous ne sommes pas des PME”.
Mais, précise l’avocat : ” lorsque vous avez quand même, dans un cabinet plus de quatre avocats, je pense que vous avez du personnel et vous fournissez du service qui sont rémunérés et que vous payez des loyers, la TVA”.

Au regard de ces arguments, il souligne que les cabinets d’avocats sont quand même des entreprises. ” Il y a des tailles différentes chez nous mais, les cabinets d’avocats sont des entreprises de droit. Nous sommes impactés comme toutes les autres entreprises sénégalaises par la pandémie du Coronavirus”, martèle-t-il.

Et de poursuivre : ” Il ne faut pas se voiler la face, au Sénégal l’activité judiciaire est un pan très important de l’activité quotidienne des avocats. Par conséquent, si les tribunaux sont fermés quasiment en totalité, si l’activité judiciaire n’est plus fonctionnelle au-delà de 10 à 15%, on va dire que le pouvoir d’achat et les revenus des avocats s’en ressentent de façon très importante”.