NETTALI.COM – Cinq régions sont touchées par la pandémie de Covid-19. Selon l’urgentiste, Docteur Abdoulaye Bousso, la situation est sérieuse, mais au niveau de la prise en charge, des sites sont déployés et, pour le moment, ils n’ont pas encore reçu de cas graves.

Le Sénégal est à 67 cas détectés positifs, dont 5 guéris et 62 sous traitement. Ce dimanche, sur 85 tests réalisés, 11 sont revenus positifs. Il s’agit de 6 cas importés et 5 cas contacts suivis.

Selon le directeur général du Centre des opérations d’urgence sanitaire (Cous), Docteur Abdoulaye Bousso, les cas sont répartis dans cinq régions : Dakar, Thiès (principalement à Mbour), Diourbel, notamment à Touba, Ziguinchor et SaintLouis. Actuellement, ils suivent plus de 1 000 contacts, 969 sont déjà sortis de leur liste suivie. Il s’agit de personnes contacts qui étaient liées aux 4 premiers patients. Mais aucun d’eux n’a été contaminé. Pour les cas nouveaux, il rassure que les investigations seront poursuivies, pour enregistrer les cas contacts. Certains ont eu à être contaminés, essentiellement, par des parents proches. “Jusqu’à aujourd’hui, nous avons la chance que nos patients se portent mieux, avec des perspectives de guérison, dans les jours à venir. Nous n’avons pas encore de cas graves, mais il est important que les mesures soient respectées. Car, aujourd’hui, au vu du profil épidémiologique, il faut s’attendre à ce qu’il y ait de nouveaux cas’’, prévient-il. En effet, selon lui, les effets des mesures qui ont été prises, la limitation des mouvements et la fermeture des aéroports ne seront vus que d’ici une quinzaine de jours.

Trois sites de prise en charge, actuellement

Pour l’épidémiologiste, les personnes qui sont déjà rentrées sur le territoire, en appliquant la règle de l’incubation de cette maladie, ont jusqu’à 14 jours pour voir si elles sont atteintes ou non. Donc, il faudra s’attendre à ce qu’il y ait de nouveaux cas. Ce qui est important, à son avis, c’est que l’ensemble des structures de santé soient mobilisées, les capacités de prise en charge développées, accentuées et renforcées. “Même les régions ont la capacité de pouvoir prendre en charge des patients. L’ensemble des équipements de protection ont été mis à disposition’’, fait-il savoir. En termes de prise en charge, pour le moment, à Dakar, c’est toujours le Service des maladies infectieuses de Fann et l’extension de l’hôpital de Diamniadio. Il y a aussi l’hôpital régional de Ziguinchor. “Le patient testé positif y est pris en charge. Et nous avons en perspective d’augmenter la capacité au niveau de Saint-Louis, même si le cas a été transféré à Dakar. Nous prévoyons, d’ici à la semaine prochaine, de mettre à l’hôpital régional de Saint-Louis un centre de traitement qui pourra accueillir des patients. Ce sera le cas à Kaolack, avec le service des maladies infectieuses’’, informe l’épidémiologiste. Au niveau de Thiès, la structure de santé où ont été diagnostiqués les cas, va servir également de centre de traitement. “Nous allons appliquer la même stratégie qu’à Touba, en utilisant un centre de santé qui a déjà eu à recevoir des patients. Autre perspective de prise en charge, la structure privée qui a été donnée par un de nos confrères’’. Dans la lignée du ministre de la Santé, il invite à une prise de conscience collective. “Nous avons quand même cinq régions qui sont touchées. Nous pouvons dire que le virus est au niveau du pays. Ça amène à la prise de conscience des populations dans le respect des règles qui ont été édictées. Dans le cadre de la stratégie, ce n’est pas des mesures médicales qui vont mettre fin à l’épidémie. Toute la stratégie médicale a été mise en œuvre sur instruction du ministre de la Santé, avec la mise en place des centres de traitement’.

Avec EnQuête