NETTALI.COM – Les pays membres de l’Union européenne ont décidé d’interdire pendant 30 jours les entrées de personnes n’appartenant pas aux pays-membres.

La France, après l’Espagne et l’Italie, entre à son tour ce mardi 17 mars en confinement général, et l’Europe ferme ses frontières pour freiner la propagation du coronavirus, qualifiée par l’Organisation mondiale de la santé de « crise sanitaire mondiale majeure de notre époque ».

La Commission européenne a proposé lundi d’interdire les voyages « non essentiels » vers l’UE, pour une durée initiale de trente jours. Cette proposition, qui prévoit un certain nombre d’exceptions – résidents de longue date de l’Union européenne, membres de la famille de ressortissants européens, diplomates ou encore médecins, infirmières, soignants, chercheurs et experts qui contribuent à la lutte contre le coronavirus –, devra être approuvée par les 27 chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union qui se réunissent mardi par visioconférence.

Lors de sa prise de parole lundi soir, Christophe Castaner a donné des détails supplémentaires. En ce qui concerne les frontières extérieures de l’Union européenne, ne seront désormais admis dans l’espace commun que les ressortissants d’un pays de l’Union européenne ou de l’espace Schengen, ainsi que les Britanniques. Seront aussi acceptées les personnes de pays tiers disposant d’un permis de séjour européen et des exceptions sont prévues pour d’autres catégories, comme les personnels de santé d’un pays non européen.Ecole à distance : il y aura les établissements favorisés… et les autres

Pour ce qui concerne les frontières intérieures de l’UE, des contrôles ont déjà été mis en place, avec l’Allemagne par exemple. Les travailleurs transfrontaliers pourront continuer d’aller et venir, s’ils disposent de justificatifs de domicile et d’emploi.

«