NETTALI.COM – L’ancien vice-président s’est imposé dans le Michigan, le Missouri et le Mississippi, et il va un peu plus creuser l’écart avec Bernie Sanders dans la course aux délégués.

Joe Biden peut avoir le sourire. Lors de ce « mini Super Tuesday », mardi soir, il a remporté au moins quatre scrutins: le Mississippi, le Missouri, l’Idaho et surtout le plus gros prix de la soirée, le Michigan, où Bernie Sanders avait pourtant battu Hillary Clinton en 2016. Sanders, lui, devrait s’imposer pour l’honneur dans le Dakota du Nord. Dans l’Etat de Washington, les deux candidats sont au coude à coude, et les résultats ne changeront pas l’enseignement de la soirée: même s’il n’est pas mathématiquement éliminé, Bernie Sanders devrait être irrémédiablement distancé dans la course aux délégués de cette primaire démocrate.

En s’imposant dans le Mississippi avec près de 80 % des voix, Joe Biden a continué son sans-faute dans le Sud. Comme mardi dernier, il a été porté par l’électorat afro-américain et les plus de 40 ans, tandis que la grande coalition promise par Bernie Sanders semble se limiter aux hispaniques, à la jeunesse et à la frange minoritaire la plus à gauche du parti démocrate.

Biden le « nominé présumé »

La défaite de Sanders dans le Michigan, un Etat industriel qu’il avait remporté face à Hillary Clinton, semble signer la fin de ses espoirs. A l’issue de ce mardi, Joe Biden devrait passer la barre des 900 délégués, contre moins de 700 à Sanders. Avec une majorité fixée à 1.991 délégués, son retard, sauf retournement de situation majeur, sera impossible à combler, surtout après la primaire de Floride, mardi prochain, où Biden est archi-favori, avec 219 délégués en jeu.

Après le ralliement de Pete Buttigieg, Amy Klobuchar, Mike Bloomberg, Kamala Harris et Cory Booker, c’est l’ancien candidat Andrew Yang qui a apporté son soutien à Joe Biden en direct sur CNN, mardi soir. Selon lui, les « maths » sont implacables, l’ancien vice-président est désormais le « nominé présumé ».

Avec20minutes.fr