NETTALI.COM – Réagissant à la décision du chef de l’Etat, qui a prescrit une batterie de mesures sur la gestion des véhicules administratifs, Moustapha Diakhaté estime que ce serait injuste de jeter les fonctionnaires en pâture à l’opinion publique.

L’ancien président du groupe parlementaire Benno Bokk Yaaak est d’avis que les fonctionnaires ne doivent pas être jetés en pâture, au sujet de la série de mesures visant une rationalisation de l’utilisation des véhicules administratifs.
“Ce serait une grave injustice de les jeter en pâture à l’opinion publique en présentant les fonctionnaires comme les auteurs du pillage des deniers publics avec l’acquisition en grande quantité de véhicules de fonctions et de services”, déclare l’ancien chef de cabinet de Macky Sall ; précisant  “la décision de doter certains agents et structures de l’Etat de moyens de locomotion, a été prise par le Président de la République à travers le projet de budget de l’année 2020 et non par les fonctionnaires eux-mêmes”.

“En tout état de cause, avec l’annulation d’achats de véhicules, l’Assemblée nationale doit être saisie aux fins de réaffectation des dépenses budgétaires prévues pour d’acquisition de moyens de transport de l’administration”, souligne-t-il.

Pour mémoire, mercredi, en conseil des ministres, le chef de l’Etat, abordant la transformation du système de gestion des véhicules administratifs a souligné la spécificité de la réglementation de leur acquisition, utilisation et gestion. Toutefois, il a été constaté le manque de rigueur dans l’application intégrale de la réglementation entrainant des abus aux conséquences budgétaires et financières énormes pour l’Etat.
Le président de la République a, dès lors, décidé de suspendre, à compter de ce 20 février 2020, et jusqu’à nouvel ordre, toutes les acquisitions de véhicules de fonction et de service, au nom de l’Etat, des structures parapubliques et des sociétés nationales.
Il a, à ce titre, demandé au ministre d’Etat, secrétaire général de la Présidence de la République, au ministre, secrétaire général du Gouvernement et au Ministre des Finances et du Budget, de finaliser le recensement intégral de l’ensemble des véhicules administratifs, de réviser leur réglementation, de proposer un schéma de réforme des véhicules âgées de cinq (5) ans et plus et d’examiner, pour les ayants droit rigoureusement retenus, les modalités d’allocation d’une indemnité forfaitaire globale (IFG), intégrant l’amortissement du véhicule, le carburant, l’entretien et l’assurance.
Le chef de l’Etat a, enfin, engagé le Gouvernement, le ministre des Finances et du Budget, notamment, à communiquer autour du processus en cours avant le déploiement du nouveau système de gestion des véhicules administratifs à partir du 1er avril 2020.