NETTALI.COM – Malgré les multiples chantiers lancés par l’Etat, les entreprises sénégalaises du BTP plongent, jour après jour, dans le gouffre, du fait de la dette que leur doit le Trésor public. C’est ce que fait remarquer EnQuête, qui a zoomé sur le sujet,  vendredi. Le journal pense qu’il s’agit d’une une véritable bombe sociale, si l’on sait que ces dernières emploient des milliers de Sénégalais et tirent la croissance économique du PIB.

Entre les chiffres et la réalité, il y a parfois à manger et à boire. Récemment, à l’occasion du lancement de la gestion budgétaire 2020, le ministre des Finances et du Budget, Abdoulaye Daouda Diallo, se réjouissait d’un excédent budgétaire en 2019. Autrement dit, l’Etat a pu non seulement prendre en charge ses dépenses, mais aussi s’est même permis quelques réserves dans sa trésorerie. “Le financement exceptionnel engrangé en 2019, disait le ministre, a permis le report, sur la gestion 2020, d’un solde de trésorerie, mobilisable au 1er janvier sur les comptes du Trésor général de l’Etat, d’un montant de 145,34 milliards de francs CFA’’.

Pourtant, au moment où l’argentier de l’Etat affiche ces chiffres, le privé national souffre de la dette galopante. La semaine dernière, le Consortium d’entreprises (CDE) s’est débarrassé de 200 salariés pour motif économique. Deux cents pères de famille qui se retrouvent ainsi au chômage, du jour au lendemain. Leurs camarades, encore en poste, s’inquiètent pour leur sort. Ce cadre de la boîte témoigne : “Aujourd’hui, nous sommes tous sur la sellette. Ces gens ont été licenciés sans préavis. Moralement, ils n’ont pas été préparés, alors que ce sont des pères de famille dont certains ont fait plusieurs années dans l’entreprise. Je pense qu’on aurait pu les aviser bien avant, pour qu’ils puissent se préparer en conséquence.’’ Selon EnQuête : “La situation est encore plus difficile pour le CDE qui n’a pu bénéficier d’aucune rentrée d’argent. Or, en termes d’effectifs, c’est la plus grande entreprise avec 4 000 à 4 500 employés. A un moment donné, l’Etat lui devait 20 milliards de francs CFA. C’est très difficile de tenir dans ces conditions’’.

Pendant que l’Etat rechigne à payer les entreprises sénégalaises, il n’a presque jamais failli en ce qui concerne le paiement du service de la dette extérieure. C’est ainsi que, relève le journal : “L’Etat les préfère aux Chinois et Turcs qui remportent la plupart des marchés. Ces dernières sont super avantagées, parce que leurs gouvernements les soutiennent. Vous ne les voyez jamais se plaindre de la dette’’.