NETTALI.COM – Hier, la presse sénégalaise faisait état d’une difficile situation que vivent 12 étudiants sénégalais en Chine. Ils vivraient à Wuhan, ville mise en quarantaine, avec l’épidémie du coronavirus. Le conditionnel est utilisé pour parler de ladite situation, parce que le secrétaire d’Etat aux Sénégalais de l’extérieur, Moise Sarr, assure que la lettre ne vient pas de ces étudiants, même s’il y a présentement 11 apprenants inscrits dans des universités de cette ville. La douzième étudiante est en route pour le Sénégal. Ceux qui sont restés ont échangé avec M. Sarr et se disent surpris par la teneur du message. Le secrétaire d’Etat, dans un entretien avec EnQuête diffusé ce mercredi, fait le point sur la situation et révèle toutes les mesures prises ou envisagées par l’Etat sénégalais.

Réagissant à la rumeur selon laquelle 12 étudiants sénégalais traversaient une mauvaise passe en Chine à cause de l’épidémie coronavirus, le secrétaire d’Etat aux Sénégalais de l’extérieur, Moise Sarr, dément et précise.

« Nous suivons la situation de très près. Ce qui est dit dans les réseaux sociaux n’émane pas des douze étudiants. Je vous le dis, parce que j’ai eu personnellement à échanger avec trois d’entre eux. Et avant moi et depuis le début, l’ambassade est en contact permanent avec le responsable des étudiants de Wuhan qui s’appelle Mbacké Amar. Je pense qu’il est le mieux habilité que quiconque d’autre pour parler de la situation, parce que c’est lui qui est l’interface entre les étudiants et l’ambassade du Sénégal à Beijing. Je sais que ce qui a été dit ne vient pas de Mbacké Amar. Mais je pense qu’aujourd’hui, le plus important est de dire à nos compatriotes, aux parents de ces étudiants que, Dieu merci, jusqu’ici, la communauté sénégalaise de Wuhan est épargnée et, au-delà de cette ville, aucun Sénégalais vivant en Chine n’est contaminé. Nous croisons les doigts et prions pour qu’il continue d’en être ainsi », déclare le secrétaire d’Etat, dans les colonnes de EnQuête ce mercredi.

« L’autre précision, ajoute-t-il, est de dire qu’effectivement, notre ambassade est en contact permanent avec le responsable des étudiants à Wuhan et M. Cissokho qui est leur responsable au niveau national. J’ai personnellement eu M. Cissokho hier et il m’a confirmé naturellement les échanges quasi permanents avec l’ambassade. Ce qu’il convient de dire est qu’il y a effectivement une situation préoccupante, car le coronavirus est dangereux. C’est une épidémie et on parle même de mise en quarantaine de la ville ou tout au moins de certains quartiers. Qui parle de mise en quarantaine parle de confinement. Tous nos étudiants ne sont pas dans la même université. Donc, l’on peut se retrouver dans une université où on est le seul Sénégalais ou deux dans l’université ».

Moïse Sarr de souligner : « Avant de rapatrier, il faut des autorisations. J’ai entendu dire que même la France a rapatrié. C’est faux. Il y a plus de Français dans cette ville que de Sénégalais. La France y a un consulat général, or nous, nous n’en avons pas. Si la situation ne s’améliore pas et que le Sénégal dispose d’une autorisation d’exfiltrer, c’est-à-dire emmener les Sénégalais dans d’autres villes ou de rapatrier, il le fera, le moment venu. On discute avec les autorités chinoises, mais je ne peux pas, pour le moment, révéler le secret de ces discussions. Toutes les possibilités sont sur la table. Ce que nous voulons, c’est que nos compatriotes sachent que l’Etat du Sénégal est avec eux, suit et il n’y a pas besoin de s’alarmer outre mesure, même si je reconnais que ce n’est pas facile. Même si on est confiné dans un palais où les sorties sont contrôlées, ce n’est pas évident. On est souvent comme un lion en cage. On a un communiqué de l’Etat chinois qui se demande pourquoi rapatrier, parce que la Chine a déjà fait face à plus dur que ce qui se passe actuellement. Il n’y a pas à s’alarmer outre mesure. L’Etat chinois assure que tout est sous contrôle ».