NETTALI .COM – L’Alliance pour la république (Apr) a intérêt à préparer la succession de Macky Sall. Conviction de Moustapha Diakhaté. L’ancien président du groupe Benno à l’Assemblée nationale estime que l’actuel chef de l’Etat n’a aucun moyen de se présenter la prochaine présidentielle.

Le Président Macky Sall a beau éviter le débat sur sa succession, le sujet revient sans cesse au-devant de l’actualité. Dernière sortie en date, celle de Moustapha Diakhaté qui a abordé la question à l’émission Le jury du dimanche sur I-radio, ce dimanche 19 janvier. Et c’est pour appeler l’Alliance pour la république (Apr) à préparer la succession de Macky Sall. L’ancien parlementaire reste constant et formel quant à l’éventualité d’un troisième mandat du Président Macky Sall. C’est pourquoi, il n’apprécie pas la réponse de Macky Sall aux journalistes qui l’avaient interpellé sur la question, au soir du 31 décembre 2019. « Il ne peut pas dire « Ni oui Ni non » quand il s’agit d’une réponse qui se trouve dans la Constitution. Celle-ci dit que vous ne pouvez pas avoir un troisième mandat ».

Pour lui, cela est impossible. « Je maintiens ma position et c’est celle de la Constitution », réaffirme l’ancien ministre et Chef de cabinet du Chef de l’Etat. Parce que, pour lui, l’actuel chef de l’Etat ne peut pas aller au-delà de 2024. Et pour cause ! Diakhaté explique : «La question du troisième mandat est réglée et par la Constitution et, dans une moindre mesure, par le Président Macky Sall.»« Déjà en prêtant serment en 2012, il avait dit que le nombre de mandat est limité à deux, deuxièmement, il a verrouillé les deux mandats en y incluant la disposition selon laquelle, nul ne peut exercer trois mandants successifs. Troisièmement, à la veille de la Présidentielle, il avait dit que s’il obtient un second mandat, il ne chercherait pas un troisième mandat. Donc, moi je n’ai fait que répéter ce que la Constitution dit et les engagements pris par le président de la République », souligne l’ancien parlementaire. «Le débat est clos», insiste-t-il.

Je n’ai pas encore senti la guerre de succession au sein de l’Apr.”

Le débat étant clos pour lui, Moustapha Dakhaté estime que l’heure est à la préparation de l’après Macky Sall avec des projets et programmes de développement et non à des guerres de succession. Dans cette perspective, il invite ses camardes à commencer à réfléchir sur un programme solide adossé sur le Pse qui sera présenté, le moment venu, aux Sénégalais. « Je n’ai pas encore senti la guerre de succession au sein de l’Apr. Mais, nous devons préparer notre parti, pour son organisation dans les 557 communes du Sénégal, dans les différentes catégories sociales et professionnelles, pour avoir un appareil solide qui va travailler, réfléchir pour préparer une belle offre politique en 2024 », suggère-t-il.

Sans quoi, l’ex-parlementaire estime « qu’il y aura toujours des querelles de personnes, des luttes de places ». Or, dit-il, « le Sénégal a besoin d’un projet mobilisateur pour sortir du sous-développement ».

Quid du profil du successeur de Macky Sall ? « Il devrait avoir un leadership fort. Autrement dit, qu’il soit capable d’identifier un cap pour son pays, capable d’entrainer les populations vers ce cap », dresse-t-il.