NETTALI.COM – Le fils de Fatoumata Makhtar Ndiaye a comparu ce mardi. Adama Ba, revenant sur le meurtre de sa mère, a lourdement chargé le présumé meurtrier Samba Sow.

Témoin à l’ouverture du procès sur le meurtre de sa mère, Adama Ba a été appelé à la barre de la chambre criminelle de Dakar ce mardi.

Le jeune homme porte encore les séquelles d’une blessure à la main droite couverte d’un bandage. Blessure contractée lors de sa confrontation épique avec le présumé meurtrier. Le cou presque immobile, il a comparu assis. « J’ai entendu un bruit assourdissant. J’ai crû que ma mère avait un malaise. J’ai voulu entrer mais la porte était hermétiquement fermée. J’ai alors frappé avec insistance. Certes j’ai reconnu la voix de Samba mais je ne croyais pas qu’i s’agissait de lui, puisqu’il n’avait aucune raison d’être dans les toilettes de ma mère. Je lui ai intimé l’ordre de sortir, sous peine d’appeler la police », témoigne Adama. Poursuivant, il se rappelle : « Il a sorti un couteau pour me donner un coup, mais j’ai esquivé. Je lu ai asséné un coup de bâton puis j’ai voulu le désarmer. C’est sur ces entrefaites que je suis tombé sur les escaliers. Il s’est assis sur moi et a voulu m’égorger, je me suis débattu ».

Le fils de feu Fatoumata Makhtar Ndiaye a battu en brèche les arguments de Samba Sow qui dit avoir été « marabouté ». « Ce sont des mensonges, c’est moi qui portais le djellaba en question. Son objectif, c’était de m ‘éliminer », affirme-t-il, avant de craquer.

Le président du tribunal lui demande de résumer pour ne pas être gagné par l’émotion. « Il m’a attaqué parce que j’étais un témoin oculaire. J’ai été sauvé par un médecin militaire qui m’a posé un garrot à la gorge. Contrairement à ce qu’il avance, il n’y avait que lui dans la chambre de ma mère et personne d’autre »,   termine-t-il son poignant récit.