NETTALI.COM – SEN’EAU, la nouvelle société de droit sénégalais, chargée de la gestion du contrat d’affermage, va prendre service à partir du 1er janvier 2020. Et le prix de l’eau ne connaîtra pas de hausse, du moins à cette date. L’assurance est du ministre de l’Eau et de l’assainissement, Serigne Mbaye Thiam.

En marge de la cérémonie de signature et de lancement de SEN’EAU, le ministère de l’Eau et de l’assainissement a tenu à rassurer les Sénégalais sur le prix du liquide précieux.

Nos compatriotes peuvent donc être rassurés. Le prix de l’eau à l’usager ne connaîtra pas de hausse le 1er janvier 2020. En lieu et place, c’est une meilleure qualité du service qui nous engage tous“, a promis Serigne Mbaye Thiam.

Le capital social de SEN’EAU a été porté à 6 milliards F Cfa contre 3 milliards F Cfa pour la société actuelle pour mieux prendre en charge les nouvelles orientations du contrat vers plus d’investissements de renouvellement du fermier afin d’améliorer la qualité de l’exploitation“, ajoute le ministre.

Plus loin dans son discours, Serigne Mbaye Thiam est revenu sur les détails de ce contrat avec SEN’EAU.

En effet, le partenaire technique de référence, SUEZ Groupe, détient 45% du capital de la nouvelle société contre 57% pour le partenaire  lors de l’exécution du contrat qui s’achève, le reste du capital étant réparti entre l’Etat du Sénégal à hauteur de 24% contre 5% dans le contrat actuel, les travailleurs du secteur 11% et le secteur privé sénégalais 20%.
Il est aussi important de préciser que, par la volonté du chef de l’Etat, la part réservée aux salariés du secteur a été portée à 11% en lieu et place des 5% initialement prévus dans le dossier d’appel d’offres.
Les employés de SEN’EAU se retrouvent ainsi avec 8% du capital social, les 3% restants étant répartis de manière égale entre ceux de la SONES et de l’ONAS“, dit-il.

Au chapitre des réalisations, il est important de souligner que l’environnement sectoriel va connaitre des avancées significatives, notamment avec la mise en place d’infrastructures stratégiques et résilientes pour garantir la sécurité de l’eau avec des projets phares tels que la troisième usine de traitement d’eau potable de Keur Momar Sarr (KMS3), l’usine de dessalement d’eau de mer des Mamelles à Dakar, la réalisation de réservoirs de stockage stratégique. Ainsi, ce sont près de 500 milliards F Cfa qui ont été mobilisés pour faire face à ces nouveaux investissements structurants.
Toutes ces mesures vont contribuer à réduire fortement les risques de contentieux et faciliter un travail collaboratif performant entre l’Etat, autorité délégante ; la SONES, Concessionnaire ; et SEN’EAU, société d’exploitation et de gestion“, a laissé entendre le ministre de l’Eau et de l’assainissement.