NETTALI.COM – Mercredi dernier, le Service régional du commerce de Diourbel a procédé à l’immobilisation de 15 camions en partance pour Touba.

Opération de fraude ratée pour des producteurs d’arachide qui voulaient écouler leurs semences en dehors des points de collecte agréés. Ainsi, 15 camions en partance de Touba ont été immobilisés mercredi dernier, par le Service régional du commerce de Diourbel.

Ce qui a suscité la colère d’Ibrahima Diouf, producteur d’arachides et conseiller départemental à Diourbel. « Ce n’est pas juste, encore moins normal que le service du commerce immobilise les camions et verbalisent les chauffeurs. Ils vendent là où ils veulent. On ne peut pas les contraindre à vendre au niveau des points de collecte, alors qu’ils peuvent obtenir plus ailleurs », conteste-t-il.

Mais ce qu’Ibrahima Diouf ne dit pas, rectifie EnQuête, c’est que ces camions appartiennent à des opérateurs agréés. Ils voulaient écouler les graines acquises ailleurs que leur destination prévue : les usines Sonacos et Copeol. La seconde option est de plus en plus agitée.

Ainsi, le constat est que la Sonacos a mal. Vingt-quatre jours après l’ouverture de la campagne de commercialisation arachidière, l’entreprise peine à collecter des graines d’arachides. A ce jour, elle n’a pu rassembler que 3 197 tonnes d’arachides, sur un objectif total de 150 000 tonnes. L’usine de Diourbel n’a collecté que 447 t, Louga 1 700 t et Kaolack 1 050 t, renseignent des sources proches de l’entreprise. L’usine de Ziguinchor n’a rien collecté, pour le moment, alors que l’objectif qui lui est assigné est de 25 000 t.

C’est l’inquiétude, au niveau des travailleurs. Ils s’interrogent sur les raisons qui font que les graines leur tournent le dos. Est-ce parce que les producteurs vendent au marché parallèle ou bien que certains opérateurs agréés rechignent à vendre à la Sonacos ?

Dans cette affaire de fraude, certains opérateurs avaient mentionné sur leurs lettres de voiture des destinations autres que celles où elles étaient censées se rendre.

Interpellé sur la question, Amadou Touba Niane, le chef du service régional, confie : « Ce qui s’est passé, c’est que des opérateurs qui ont été agréés pour livrer les graines dans une usine de la place, parce que le prix, peut-être ne les arrange pas, ont utilisé le volet qui constitue la lettre de voiture de l’usine concernée pour amener l’arachide à Touba. Ce qui n’est pas conforme aux engagements pris ». Et Touba Niane d’ajouter : « Vous voyez cette lettre de voiture, l’opérateur dit qu’il doit aller à Cait (complexe agroindustriel) de Touba, alors que le Cait n’a pas encore démarré. C’est de la fraude ».

Pour rappel, la Sonacos cherche à collecter 150 000 t réparties ainsi : Kaolack 85 000 t, Diourbel 25 000 t, Louga 15 000 t et Ziguinchor 40 000 t.