NETTALI.COM – Le monde de la lutte a perdu l’une de ses plus belles voix. Alioune Badara Mbaye, plus connu sous le nom d’artiste de Doudou Seck Yaye Katy s’est éteint ce vendredi matin, à Dakar. Qui était Doudou Seck? Réponse dans ce portrait réalisé par nos confrères du journal Le Populaire en juin 2015.

Sa vie a été tumultueuse et a alimenté toutes les supputations qui lui ont fait une réputation pas des meilleures. La vie de Doudou Seck Yaye Katy, un habitant de Pikine au quartier Etoile de Pikine, c’est tout un programme chargé d’anecdotes et de détails croustillants renseigne sur la dimension de ce grand parolier qui traine sa forte corpulence dans les arènes lors des combats de lutte.

Chanteur hors pair dont les envolées font courir les amateurs de lutte, Alioune Badara Mbaye pour l’état civil avait une riche carrière, mais sa vie ne ressemblait pas à un long fleuve tranquille. Elle était entachée avec des déboires avec la justice.

Né le 4 octobre 1954 à Dakar, fils de Ndèye Katy Seck et d’Ibrahima Mbaye, Alioune Badara Mbaye dit Doudou Secka fait ses études primaires à l’école Bassam-Goumba de Grand-Dakar du Ci (cours d’initiation) au Cp (cours préparatoire), avant qu’on lui confie à son oncle El Hadji Charles Seck à Ténéfoul.
Il y était de 1961 à 1963 avant de rejoindre son père à Ziguinchor, jusqu’en 1967.
Après, il est revenu sur ses premiers pas à Bassam-Goumba.
Par la suite, il été transféré à l’école de la Rue 10 et fait partie de cette première promotion qui a été transférée dans cet établissement scolaire. À l’époque, après chaque fin d’année scolaire, le défunt président Léopold Sédar Senghor conviait les meilleurs élèves à la Résidence de Médine, familièrement appelée «Keur Mamadou Dia» où il y avait deux lions. C’est à cette époque qu’il a commencé à chanter.

La musique, sa vie

Ayant un penchant pour la musique depuis son enfance, Doudou Seck a reçu le micro pour la première fois des mains de El Hadj Mada Seck. Ce dernier lui avait fait chanter la tomate «Arigoni» qui faisait la promotion de son produit aux arènes Manga Diouf à la Place Thiéma de Kaolack. Une chanson qui avait du succès au point que le boss de la société qui était un blanc a dit qu’il n’était plus question que les ténors chantent. C’est ainsi qu’il a gagné le prix.

Dans sa carrière musicale, El Hadj Mada l’a beaucoup soutenu en faisant sa promotion à la Rts avec son émission Pencum Sénégal en 1968.

Cependant, son passage au Théâtre national Daniel Sorano reste un mauvais souvenir. Il a abandonné son poste en un temps record et ne voulait même plus y mettre les pieds et c’était aussi valable à la radio nationale.
Les mauvaises fréquentations et ses debuts avec l’alcool sont passés par là.

Alioune Badara Mbaye dit Doudou Seck Ya Kati a marquéla musique sénégalaise de son empreinte. D’ailleurs, c’est lui qui a introduit Thione Seck au Baobab Gouye Gui chez Adrien Senghor, et non Laye Mboup comme certains le croient.
Avant d’encadrer de nombreux musiciens, comme Thione, Mor Dior Seck, Papa Djiby Bâ, Doudou Sow, Mbissane, Ass Seck de Kaolack, l’oncle de Papa Ndiaye Thiopet qui était un batteur. Youssou Ndour l’a confirmé lors du drapeau Bercy.

Doudou Seck est également un homme qui s’intéresse à la spiritualité. Il appris et terminé le Coran. Il lisait aussi la Bible que m’avait offerte feu Abbé Diamacoune Senghor, en prison, en 1984.
Il a continué à apprendre le soufisme aussi à Dahra et à Banjul, chez son père

Doudou Seck fut aussi le protégé du président Léopold Sédar Senghor et de sa femme Collette.
Le président Senghor l’adorait et il a été le premier à lui donner le nom de l’enfant à la voix d’or. Le président Senghor avait trois artistes au Sénégal, lui, Ibou Diouf, dessinateur et Mbaye Diop, peintre.

La prison freine son envol

Mais sa vie va connaître un coup d’arrêt. Sa carrière va complètement basculer le 23 avril 1989, coïncidant avec les événements de la Mauritanie.

Ce jour là, lui et le jeune frère de mon ex-épouse, Ameth Thioune étaient mêlés à une bagarre générale où un Guinéen y avait perdu la vie.

Trois mois plus tard, de retour d’une tournée à Diourbel, il sera cueilli par la police. Son beau-père Doudou Thioune, accompagné de son fils Ameth ont témoigné que c’est lui qui avait tué le Guinéen. Il passera 2290 jours à la maison d’arrêt et de correction de Rebeuss.

Durant son long séjour carcéral, Alioune Badara Mbaye a vécu en prison avec plusieurs hommes politiques comme Abdoulaye Wade, Samuel Sarr, Landing Savané et autres.

Source : Le Populaire