NETTALI.COM – Me Madické Niang a finalement suivi les conseils du khalife général des mourides, Serigne Mountakha Mbacké. Il a décidé d’abandonner la politique, conformément au vœu du guide de la communauté mouride.

Me Madické Niang s’est plié à la volonté du Khalife général des Mourides, Serigne Mountakha Bassirou Mbacké qui lui a donné la consigne de servir le peuple autrement. «J’arrête la politique.» C’est, en substance, l’information qu’il a portée à la connaissance de ses alliés de la Présidentielle de février 2019, qui avaient soutenu sa candidature, et à ses frères de parti qui avaient quitté le Parti démocratique sénégalais (Pds) pour l’accompagner dans la mise en œuvre de son projet politique.

Me Madické Niang a bouclé avant-hier, la série de rencontres qu’il avait programmées avant de faire une déclaration publique sur son retrait de la scène politique… politicienne.

L’ancien ministre des Affaires étrangères et chef de file de la coalition «Madické2019» a convié, avant-hier mardi, les anciens responsables du Pds, dont le maire de Pikine Nord Amadou Diarra, Condetto Niang, Ibra Diouf Niokhobaye… avec qui il s’était engagé pour la formation d’un parti politique.

A la fin de son speech, le maire Amadou Diarra aurait même suggéré à ses frères de penser à poursuivre l’aventure politique, sous la forme d’un parti politique ou d’une plateforme. La veille, lundi, c’était au tour des alliés de l’élection présidentielle d’être sensibilisés sur l’affaire. Et le tour sera bouclé après l’audience avec son ancien mentor politique, Me Abdoulaye Wade. «Ce n’était pas pour le consulter, mais juste pour l’informer de vive voix. Pour appliquer un «Ndigueul» (consigne) du Khalife des Mourides, Me Madické Niang n’a besoin d’aucun autre avis», précise un membre de son entourage le plus proche.

Me Madické Niang compte se rendre à nouveau à Touba pour rencontrer le Khalife. Il profitera de son entrevue avec Serigne Mountakha Bassirou Mbacké pour échanger avec lui sur le contenu à donner à la nouvelle mission à mener pour le «peuple».