NETTALI.COM – Depuis l’arrestation de Babacar Diop et 5 étudiants lors de la manifestation contre la hausse du prix de l’électricité devant les grilles du palais de la République, l’université Cheikh Anta Diop est en ébullition. Après que le SAES et le SUDES ont décrété une grève de 24 heures pour soutenir leur camarade, le professeur Babacar Diop, c’est au tour des étudiants de l’Université Cheikh Anta Diop de descendre dans la rue pour demander la libération des 5 étudiants interpellés en même temps que ce professeur et Guy Marius Sagna.

L’Université Cheikh Anta Diop de Dakar a renoué avec les violences de lundi. Ils ont barré la route et se sont affrontés avec les forces de l’ordre pour exiger la libération de leurs 5 camarades arrêtés en même temps que le professeur Babacar Diop et Guy Marius Sagna.

Face à la presse, ce lundi, les étudiants, réunis autour d’un collectif, menacent de passer à la vitesse si leurs camarades ne recouvrent pas la liberté dans les prochaines heures. « Aujourd’hui, c’est toute une indignation parce que la place de ces étudiants n’est pas dans une prison, mais dans les amphithéâtres. Les inscriptions ont déjà démarré et ces étudiants sont dans l’impossibilité de s’acquitter de ce droit parce qu’ils sont emprisonnés », a expliqué Marcel Diédhiou, porte-parole des étudiants. Qui, dans le même ordre d’idées, dénonce l’arrestation de ces derniers.

A son avis, ses camarades manifestaient pour une cause noble. « Certes, ils ne paient d’électricité mais, nous magnifions leur combat qui est pour l’intérêt de la Nation. Nous allons descendre sur le terrain comme nous avons l’habitude de le faire s’ils ne sont pas libérés », prévient Marcel Diédhiou qui interpelle directement les autorités étatiques en leur demandant de faire le nécessaire pour trouver une issue heureuse à cette affaire.