NETTALI.COM – L’homme n’a pas perdu son style offensif au lendemain de son limogeage. Au contraire, son discours est devenu plus musclé. Moustapha Diakhaté, puisque c’est de lui dont il s’agit, a encore tiré sur le régime, en se prononçant ouvertement contre le report des élections locales. 

Dénonçant une «une violation d’un principe électif» avec  la prorogation des mandats territoriaux, Moustapha Diakhaté déclare sur Facebook que  “la classe politique, de tout bord, vient encore une fois de montrer le peu de respect qu’elle accorde au suffrage des Sénégalais. En prorogeant les mandats locaux et en désignant par ricochet les Exécutifs municipaux et départementaux, les participants du dialogue politique violent allègrement le principe électif consubstantiel à la démocratie représentative”. Le désormais ex-ministre conseiller se désole de constater “qu’en 59 ans d’indépendance le Sénégal a foulé aux pieds depuis 35 ans le calendrier des élections locales et le principe électif qui sont pourtant consubstantiels à la démocratie représentative”. Pourtant, rappelle-t-il, “en démocratie locale, il ne saurait y avoir de collectivités territoriales légitimes sans élection”.

Pour rappel, les élections locales qui devaient se tenir le 1er décembre prochain auront finalement lieu en 2021. Autrement dit, les mandats des élus locaux sont prorogés de près de deux ans. Dans un texte daté de ce 5 novembre et portant “amendement du gouvernement sur le projet de loi portant report des élections prévues le 1er décembre et prorogation du mandat des conseillers départementaux et municipaux”, il est écrit que “les élections départementales et municipales prévues le 1er décembre 2019, sont reportées pour être tenues au plus tard le 28 mars021″.