NETTALI.COM – Le ministre du Pétrole et des énergies, Mouhamadou Makhtar Cissé, a nié toute information faisant état d’une nouvelle attribution de licence. Ceci après la confusion qui a entouré l’ouverture du ‘‘Licensing Round’’ sur les blocs libres du bassin sédimentaire sénégalais.

En pleine promotion du bassin sédimentaire sénégalais, le ministère du Pétrole et des Energies (Mpe) a lancé, ce mardi 5 novembre à Cape Town, en Afrique du Sud, le processus d’appels d’offres internationaux à la concurrence sur les blocs libres. Mouhamadou Makhtar Cissé a indiqué également aux compagnies pétrolières les procédures d’accès aux cahiers des charges et la soumission des offres sur les blocs libres.
Appelée communément “Licensing Round”, cette procédure a deux objectifs majeurs.

D’abord, faire de nouvelles découvertes pour augmenter les réserves en hydrocarbures du pays et, ensuite, améliorer la gestion des ressources pétrolières pour qu’elles puissent favoriser le développement économique et social du peuple sénégalais.

Une occasion saisie par le ministre du Pétrole et des Energies pour apporter des éclaircissements sur la confusion qui faisait état de nouvelles attributions.

Si je dois signer des contrats de pétrole, je l’aurais fait au Sénégal. Nous ne sommes pas venus signer des licences ou vendre le pétrole sénégalais. Nous sommes venus faire la promotion de notre potentiel ; dire au monde que nous pensons qu’au Sénégal, il y a des possibilités de découverte de pétrole. Venez investir pour faire des recherches, intéressez-vous à ce potentiel ! La sélection des compagnies se fera par appel d’offres”, a laissé entendre Makhtar Cissé qui se conforme à l’article 12 du nouveau Code pétrolier.

L’attribution des blocs s’opère au moyen d’appel d’offres ou de consultation directe. Les modalités de mise en œuvre sont fixées par décret. Le contrat pétrolier est négocié par le ministre des Hydrocarbures. Il s’appuie sur une commission d’examen et de négociation des contrats pétroliers dont les règles d’organisation et de fonctionnement sont fixées par arrêté du ministre chargé des Hydrocarbure“, stipule l’article.

Il ne faudrait pas penser que le pétrole est un produit sensible qu’on puisse penser que tout l’ordonnancement du pays va changer, que les règles vont changer. Nous restons le Sénégal que nous l’avons toujours été avec ces procédures et tout se fait sous le gouvernement de la loi. On a un code pétrolier et on a justement différé toutes ces opérations, car il faudrait parfaire tous les textes qui accompagnent le code. Tout ceci a été fait pour donner des gages absolus de transparence. Tout se fera dans une totale transparence, si l’appel d’offres est lancé pour que les gens puissent participer. Il faut leur expliquer. La compagnie que nous venons de recevoir, pour ne pas la nommer, est classée première au monde. Elle ne se déplace pas pour rien“, a ajouté le ministre.