NETTALI.COM – Adama NDIAYE is back à SEN- RÉ (Sénégalaise de Réassurance). Après avoir jeté l’éponge le 28 Août 2018 et révélé en exclusivité par Confidentiel Afrique, le revoilà qui prend du galon au titre de nouveau Directeur Général de cette compagnie en remplacement du Patriarche Moussa DIAW, parti à la retraite. Selon des informations crédibles exclusives en possession de Confidentiel Afrique, un intense lobbying piloté par certains poids lourds du marché est derrière cette nomination de Adama NDIAYE. EXCLUSIF.

Grosse exclusivité de Confidentiel Afrique. Confidentiel Afrique a appris de sources autorisées le départ à la tête de la compagnie SEN RÉ du Dinosaure Moussa DIAW. Le nouveau patron n’est rien d’autre que Adama NDIAYE. Ce dernier à la tête de la FANAF depuis 20 14, avait été coopté en 2015 par le Conseil d’administration de la compagnie SEN-RÉ au poste stratégique de Directeur Général Adjoint. Beaucoup chuchotaient dans le marché qu’il occupait juste ce poste en attendant que le Directeur Général Moussa DIAW débarrasse le plancher afin de pouvoir lui succéder. Lassé d’attendre, Adama NDIAYE jeta l’éponge le 28 Août 2018 pour se consacrer aux dossiers de la fédération qu’il dirige depuis 2014 après la fin des mandats du Camerounais Protais. Selon des sources autorisées parvenues à Confidentiel Afrique, des lourds plénipotentiaires du marché ont manœuvré, sans répit pour le ramener à la tête de la compagnie SEN-RÉ en remplacement de Moussa DIAW, parti à la retraite. Selon nos informations, le désormais ex Directeur Général de SEN-RÉ part à la retraite avec un gros chèque pour ses primes et autres commodités. Adama NDIAYE doit son nouveau poste aux intenses manœuvres de certains poids lourds du marché qui ont accéléré la pédale pour le porter à la tête de la compagnie. Des sources autorisées renseignent que sa cohabitation avec certains administrateurs de SEN-RÉ ne sera pas de tout repos. Les premiers cent jours du nouveau patron Adama NDIAYE à la tête de la compagnie seront déterminants dans la conduite du gouvernail. Nous y reviendrons

Par Ismael AIDARA (Confidentialafrique.com)