NETTALI.COM – Idrissa Seck brise le silence le 26 octobre prochain, sur fond de retrouvailles entre Macky Sall et Abdoulaye Wade. Le théoricien du protocole de Doha va-t-il refuser d’être le dindon de la force, lui qui avait engagé sa crédibilité en participant au dialogue politique qu’une bonne frange de l’opposition assimile à « un deal » ? Hier, son poulain Yankhoba Seydi a averti le chef de l’Etat contre toute volonté de briguer un 3e mandat.

Idrissa Seck, qui est mutique sur plusieurs questions brûlantes de l’heure depuis quelque temps,  va-t-il changer de tactique le 26 octobre prochain, à l’occasion de la rencontre du secrétariat national des jeunes de Rewmi, dont il préside la cérémonie d’ouverture.

Au cours de ce banquet, Rewmi va se prononcer sur le livre blanc afférent au supposé hold-up électoral de février 2019. Un thème qui sera abordé par Ass Babacar Guèye, secrétaire national chargé des élections. Pourquoi cette sortie sur le contentieux électoral qu’on croyait surmonter avec le dialogue politique en cours, auquel le parti de l’ancien Premier ministre participe en première ligne ?

La question est d’autant plus légitime qu’à la surprise générale, Me Abdoulaye Wade et Macky Sall se sont retrouvés récemment, sous les auspices du khalife général des Mourides. D’aucuns en ont déduit qu’il y a un deal entre le pape du Sopi et son successeur. Est-ce à dire que Idy refuse d’être la grande victime de ces retrouvailles ? Il coule de source qu’une réhabilitation de Karim Wade ne ferait pas l’affaire de l’ex-maire de Thiès qui a occupé le vide, consécutif à l’empêchement attesté de Wade-fils, lors de la présidentielle de février passé.

Une autre pomme de discorde entre Rewmi et Benno Bokk Yakaar a trait à la question de la limitation des mandants. Hier, sur le plateau de Walf Tv, Yankhoba Seydi, qui fait partie de l’entourage de premier cercle de Idrissa Seck, a mis en garde Macky Sall contre toute velléité de briguer un 3e mandat. M. Seydi a usé d’un ton belliqueux et renoué avec le style va-t-en-guerre des rewmistes.

En outre, les pronostics des Augures prévoient la mise en place d’un gouvernement d’union nationale très prochainement. Il est difficile cependant d’imaginer le Parti démocratique sénégalais et Rewmi se retrouver dans le même attelage. Mais comme en politique seules les montages ne se rencontrent jamais, il se peut que ces pourparlers intègrent une dynamique incluant Rewmi.

En définitive, les concertations Wade-Macky peuvent déboucher sur deux perspectives : soit le chef de l’Etat s’octroie le silence des sopistes pour se présenter à un 3e mandat en douceur, ou il file le sceptre à Karim Wade à l’horizon 2024. Dans les deux cas le grand perdant c’est Idrisssa Seck.