NETTALI.COM – Face aux  interrogations  portées sur le rang de Moustapha Niasse dans le schéma institutionnel, il est légitime de poser le curseur sur le poids électoral de ce dernier, pour juger du bien-fondé ou non de ce débat.  

Crédité d’un score autour de 17% en 2000, Niasse s’est retrouvé au niveau des 5 % en 2007. Il doit sa remontée de 2012 à l’échec du projet de « candidature unique », quand la plupart des chefs de parti et d’organisation ayant pris part aux Assises nationales, l’ont préféré à Tanor. Au lendemain de cette élection, presque tous ses soutiens ont « directement  négocié » avec Macky Sall, de Abdou Latif Coulibaly à Me El Hadj Diouf…tandis que d’autres quittèrent la mouvance.  Benno Siggil Senegaal est absorbée par Benno Bokk Yakaar. Qui plus est, l’Afp, qui a subi une partition à l’instigation de la bande à Malick Gackou, aurait perdu sa valeur électorale de 5%.

Nous devons à la vérité de rappeler que Moustapha Niasse a été élu en 2012 pour un mandat d’un an, qui portait les survivances juridiques de l’amendement Sada Ndiaye. C’est après qu’il a donné des gages de loyauté, en renonçant à être candidat à la présidentielle, que cette clause de « revoyure » a été levée  en 2014.

En direction des législatives de 2017 et juste après ces élections, des jeunes de l’Apr, apparemment en service commandé, réclamèrent le départ de l’ancien Pm de Abdou Diouf. Le nom de Aminata Touré revenait souvent, puisque cette dernière aurait craché sur un poste de numéro 2 de l’Organisation des Nations Unies.  Il se disait qu’elle s’attendait à diriger le Parlement. Le moment venu, celle qui a entamé sa descente aux enfers en 2014 ne sera même pas sur les listes.

Toutefois, la polémique, qui refait surface, depuis quelques jours, par presse interposée,  serait reliée aux querelles de préséance en cours dans l’Apr. D’où  les suspicions sur la  thèse du professeur Mounirou Sy, membre du cabinet du Premier ministre, qui propose le retour du Sénat. Au lendemain des législatives de 2017, une certaine presse annonçait Abdallah Dionne à l’Assemblée. En ces temps de supputations sur un remaniement  dans l’air, on peut bel et bien comprendre qu’il ait un jeu de chaises musicales entre le leader progressiste et le Chef du gouvernement, qui est en passe de battre le record de longévité de Habib Thiam à la Primature.

Cependant, comme Me Lamine Guèye qui fut inamovible président de l’Assemblée nationale pendant plusieurs décennies, alors que son parti était en lambeaux depuis 1956, Niasse peut rester au perchoir, pour des raisons historiques qui tiennent de l’estime réciproque. De plus, au plan symbolique, son départ sonnerait la fin de Benno Bokk Yakaar sous sa configuration normale.

De toutes les façons, la candidature de l’Afp à la présidentielle de 2014 ne serait qu’un épouvantail agité aux fins d’amener Macky Sall  à ne pas toucher aux intérêts  de l’actuel président de l’Assemblée nationale.