NETTALI.COM – Ancien entraîneur de Horoya AC et de l’As Kaloum (deux grands clubs guinéens), Amara Traoré s’est prononcé sur la troisième élimination de suite des Lions locaux par le Syli local. L’ex international reste persuadé que le football guinéen est plus technique et plus organisé que celui sénégalais.

Pour avoir entraîné deux des plus grands clubs guinéens à l’image de l’As Kaloum et le Horoya Ac, Amara Traoré est l’un des techniciens les mieux placés pour expliquer les vraies causes  de l’éternel échec des Lions locaux face au Syli.

Les années se suivent, les matchs aussi se suivent mais ne se ressemblent pas. C’est vrai que c’est la troisième fois que la Guinée élimine le Sénégal dans le même contexte, mais les matchs sont toujours différents“, a d’emblée mentionné Amara Traoré dans un entretien accordé au journal Record.

Même si les contextes ne sont pareils, le champion du Sénégal avec la Linguère de Saint-Louis a reconnu de tout de même qu’il y a un problème : ” Il y a deux ans, je crois que c’était à cause de la pluie qui avait tout changé. J’étais sur place, en Guinée. Il y avait une pluie terrible, et les joueurs n’avaient pas d’appui. Cette année-ci, on s’est fait éliminer aux penaltys. Mais si tu te fais sortir trois fois de suite par une même équipe, c’est parce qu’il y a un vrai problème“.

Selon Amara Traoré, cette série noire des Lions locaux n’est pas anodine. En termes de comparaison, le football guinéen supérieur à celui du Sénégal.
On peut toutefois déplorer le manque de réussite des Lions lors de l’épreuve des tirs au but, mais ça n’explique pas tout. Il faut avouer que le football guinéen a beaucoup évolué, sur le plans physique, technique et environnemental. J’avais dit il y a quelques années que le football guinéen était plus technique que le nôtre. Ça avait suscité des frustrations de part et d’autre, mais les faits m’ont donné raison“, a-t-il laisser entendre.

Non seulement c’est la troisième fois qu’on les croise dans les compétitions africaines. Le football guinéen est aujourd’hui très organisé avec de grand clubs comme le Horoya, l’As Kaloum… La Guinée a 4 équipes en coupe africaines, deux en Ligue des Champions et deux en Coupe Caf. Ces quatre équipes alimentent l’équipe nationale locale, avec un fort contingent provenant du Horoya. Ces joueurs ont forcément de l’expérience par rapport aux nôtres. Tactiquement, le football guinéen a fait beaucoup d’avancées en invitant beaucoup d’entraîneurs étrangers dont moi-même. Ce qui a rendu leur football performant“, insiste le doyen de la génération 2002.

Nos joueurs sont en vacances au moment où on dispute les éliminatoires du Chan. Aussi, le groupe qui commence la préparation n’est pas forcément celui qui va jouer ces matchs. Il faudrait donc voir comment faire pour retenir nos bons joueurs et essayer de leur proposer ce qu’ils vont chercher dans les pays du Golfe ou en CFA en France. C’est ce qui permettra au Sénégal d’avoir des clubs forts, capables de rivaliser avec les autres équipes d’Afrique“, a conclut l’ancien sélectionneur de l’équipe nationale du Sénégal.