NETTALI.COM  – Si l’objectif de Macky Sall était de diviser l’opposition, force est de reconnaître qu’il l’a bien réussi. Et pour cause, un vent de suspicion souffle sur les relations entre ténors de l’opposition à quelques encablures des élections locales.

Défaits par Macky Sall lors de la présidentielle du 24 février 2019, les partis d’opposition semblent perdus, s’ils ne sont pas dans une crise profonde. De la coaltion “Idy2019” au Parti de l’unité et du rassemblement (Pur), de graves divergences se font jour. Le Parti démocratique sénégalais (Pds) qui avait boycotté la présidentielle n’est pas épargné.

Au Pur, la suspicion s’est installée un peu avant la présidentielle. Puisque de nombreux responsables et cadres du parti ne voulaient pas d’Issa Sall comme candidat. Malgré tout, Serigne Moustapha Sy le maintient. Résultat : après avoir été la révélation des législatives de 2017, le Pur réalise un score décevant à la présidentielle. Son candidat ne dépassera que Me Madické Niang. Issa Sall arrive loin derrière Macky Sall, Idrissa Seck et Ousmane Sonko. Et les divergences s’accentuent après la présidentielle avec la participation d’Issa Sall au dialogue initié par le chef de l’Etat malgré l’opposition de Serigne Moustapha Sy. Au finish, le ci-devant candidat du Pur est viré de la direction de ce parti.

Dans la coalition “Idy2019”, c’est Barthélemy Dias qui lance les hostilités. Ce proche de Khalifa Ababacar Sall accuse des leaders de l’opposition de “dealer” avec Macky Sall. Ce que les rewmistes prennent comme une attaque contre leur mentor. Ils ouvrent, à leur tour, le feu contre le lieutenant de l’ancien maire de Dakar. Barthélemy Dias aura beau repréciser sa pensée, le mal est déjà fait. D’autant que pour certains opposants, Idrissa Seck n’est intéressé que par le statut de chef de l’opposition et les avantages qui vont avec.

Et c’est dans ce contexte qu’un éditorialiste révèle que Mamadou Diop Decroix, Oumar Sarr et Me Amadou Sall ont été discrètement reçus par Macky Sall. Ce que le secrétaire général d’And-Jëf/Pads a formellement démenti. Mais cette présumée audience ne fait qu’accentuer la suspicion dans une opposition qui a toujours eu du mal à accorder ses violons. Pourtant, ils sont tous conscients que cette ambiance de suspicion est la meilleure manière d’aider la coalition au pouvoir à remporter facilement les prochaines élections locales.