NETTALI.COM – Polémique autour du statut du chef de l’opposition. Cheikh Abdou Bara Doly Mbacké pas d’accord avec le choix porté par certains leaders sur Idrissa Seck. Le député de Bokk Gis Gis parle même de deal entre le Président Macky Sall et le chef du parti Rewmi.

C’est la grosse polémique de ce début de semaine. Des leaders de l’opposition ont porté leur choix sur Idrissa Seck, arrivé deuxième à la dernière présidentielle, pour occuper le statut de chef de l’opposition. Député et membre de la Convergence démocratique “Bokk Gis Gis” de Pape Diop, Cheikh Abdou Bara Doly Mbacké n’approuve pas un tel choix. Bien au contraire ! Il soupçonne un «deal» entre le président du parti Rewmi et le chef de l’Etat. D’ailleurs, il y a quelques jours, il soutenait que le président de la République et Idrissa Seck discutaient régulièrement au téléphone. Cette fois, Cheikh Abdou Bara Doly Mbacké revient à la charge pour dénoncer «un deal qui va coûter de l’argent au contribuable sénégalais».

Pourtant, parmi les personnes qui auraient choisi Idrissa Seck, la presse cite Pape Diop, président de la Convergence démocratique “Bokk Gis Gis” dont est membre Cheikh Abdou Bara Doly. Malgré tout, ce dernier dit à qui veut l’entendre : «Ce choix ne sous engage pas». Selon lui, Idrissa Seck est minoritaire dans l’opposition. «Lors de la présidentielle, nous étions partis en coalition. Mieux, beaucoup de partis avaient été écartés à cause du parrainage. Il faut donc attendre les locales pour savoir qui est le chef de l’opposition», argumente-t-il. Et de poursuivre : «Pour le moment, Abdoulaye Wade est le seul chef de l’opposition. Le Pds est le premier parti de l’opposition parlementaire. Le Rewmi n’a qu’un seul député. Nous pensons qu’il y a un deal entre Macky Sall et Idrissa Secj. C’est d’ailleurs ce qui explique son silence depuis plusieurs mois.»

Cheikh Abdou Bara Doly révèle, par ailleurs, que des leaders de l’opposition s’activent parce qu’ils veulent entrer dans le prochain gouvernement. «Mais dans ce contexte de Covid-19, nous n’accepterons pas que des politiciens se partagent les maigres ressources des Sénégalais», a averti le député de Bokk Gis Gis.