NETTALI.COM- 9.000 hectares sur l’ensemble du territoire sénégalais sont considérés comme des bidonvilles. La révélation est du ministre de l’Urbanisme, du Logement et de l’Hygiène publique,  Abdou Karim Fofana, invité à l’émission «Jury du Dimanche».

 Selon le ministre, 7% des 557 communes du Sénégal ne disposent pas de documents de planification. C’est-à-dire, d’un plan d’urbanisme détaillé qui permet de savoir où doivent se trouver les espaces publiques, les rues, entre autres. Cette situation est à corriger d’après Abdou Karim Fofana. A ce propos, il a fait savoir que le gouvernement veut dans les deux prochaines années, arriver à 20%. « Mais, précise-t-il, il faut qu’il ait beaucoup plus de budget qui soit mis sur ce sujet. Car, préparer l’avenir c’est planifier, c’est avoir des voies et des espaces publiques qui sont protégées ».

Dans la même veine, le ministre soutient qu’il nous faut une planification et rendre accessible les logements sociaux. « Sur le projet des 100 000 logements sociaux, le gouvernement travaille sur le programme zéro bidonville pour accélérer l’offre de logement. Il y  a à peu près 300 000 Sénégalais éligibles aux logements sociaux, c’est-à-dire qui paient des logements entre 50 000 F et 100 000 F en redevance acquisitive ».

A propos dudit programme, le ministre renseigne que les premiers documents sont disponibles et, ils vont avoir une plénière en septembre avant d’aller en Conseil présidentiel. « Nous avons un sous-comité qui est destiné au foncier et à l’aménagement. Il y a aussi un sous-comité sur les techniques de construction. Nous sommes en train de sécuriser les pôles urbains », révèle-t-il.

Et d’ajouter : « Notre cible, c’est d’avoir des logements qui ne dépassent pas 10 millions F CFa. Nous avons un système bancaire qui répond à des règles qui sont universelles. Mais, il nous fa.ut être plus inventifs. La location-vente doit être revue de façon à permettre à ceux qui ont des revenus qualifiés d’informel de bénéficier au même titre que les salariés des logements ».