NETTALI-COM –Alors qu’il y a de l’électricité dans l’air entre la majorité et l’opposition, depuis que la chaîne Bbc a porté des rebondissements sur la nébuleuse PETRO-TIM, le chef de l’Etat joue la carte de l’apaisement, en recentrant son discours sur l’unité nationale. C’est ainsi qu’il a chargé son ministre du pétrole de rôles pour que des membres de cette opposition et d’autres de la société civile intègrent le COS-PETROGAZ. Toutefois, Macky Sall a mis en garde contre toute velléité de subversion. Il souligne avoir pris les « précautions » utiles pour mettre le Sénégal à l’abri de toute « convulsion ».

Alors que la plate-forme Aar Li Niu Bokk prépare son troisième vendredi de manifestation, le président de la République alerte sur la malédiction des ressources naturelles, en invitant à une « gestion durable et équitable de nos ressources, tout en réservant une part aux générations futures ».

« C’est aussi pour moi une obligation unique en tant que responsable suprême du Sénégal », précise le président Sall. Qui a demandé au ministre de l’Energie, Mouhamadou Makhtar Cissé, de prendre langue avec l’opposition et des membres de la société civile pour que ceux-ci, dans une démarche inclusive, intègrent le COS-PETROGAZ.

Le chef de l’Etat, qui préside ce matin , à Diamniadio, la cérémonie d’ouverture de l’atelier de mise en œuvre de la loi sur le contenu local dans le secteur du pétrole et du gaz, milite pour la mise en place d’un « fonds intergénérationnel ». « Car le peuple, c’est le peuple d’aujourd’hui, mais aussi le peuple de demain », justifie-t-il.

Macky Sall a émis le souhait de mettre le Sénégal à l’abri de « convulsions » que charrie souvent la découverte d’hydrocarbures. Il mentionne avoir pris toutes les « précautions », à cet effet. A en croire le président Sall, avant toute signature de contrat, l’Etat s’est entouré d’avocats et de jurisconsultes spécialisés pour éviter toute erreur de nature à porter atteinte aux intérêts du Sénégal. Il rassure le peuple quant aux « mesures de sauvegarde pour défendre et préserver les ressources du Sénégal ».

« Parce que je veux un Sénégal prospère dans la paix et la stabilité, je veux un Sénégal prospère où les droits des investisseurs, tout comme les droits des nationaux, seront préservés. Tout notre travail vise à assurer cet équilibre. Je veux un Sénégal pour tous », souhaite le numéro un sénégalais.

Macky Sall, comme s’il mettait en garde les lanceurs d’alerte, au sujet du scandale PETRO-TIM, exhorte les uns et les autres à « l’humilité ». Il pense, en se fondant sur  son propre cursus de l’Institut des sciences de la terre (Ist) au ministère de l’Energie, que personne ne peut  réclamer la maitrise de toute la chaîne de valeur de la filière. « Je ne connais qu’un bout de cette longue et complexe chaîne aux ramifications multiples…Ce serait de la pure prétention », rejette-t-il tout dogmatisme, non sans informer que le gouvernement a envoyé des professionnels locaux s’inspirer des meilleures pratiques auprès de la Banque mondiale, en Algérie, en Norvège etc.