NETTALI.COM – Les auditions dans l’affaire Petro-Tim se poursuivent. Ce jeudi 20 juin, c’était au tour de Pierre Goudiaby Atépa de faire face aux enquêteurs de la Division des investigations criminelles (Dic).

L’architecte qui s’était déjà prononcé sur le sujet, a finalement été convoqué et entendu par la DIC. Il aura presque passé  six tours d’horloge dans les locaux de la Brigade des affaires générales sise au palais de Justice Lat-Dior. Il a été entendu dans le cadre de l’appel à témoins lancé la semaine dernière par le procureur de la République dans le cadre de l’affaire de la supposée affaire de corruption sur le pétrole sénégalais et dans laquelle, le frère du Président Sall est soupçonné.

Pierre Goudiaby n’a pas fait de déclaration à la presse, , à sa sortie de la police,

Pour rappel, récemment, l’architecte s’était prononcé sur le sujet, dédouanant Aliou Sall  en ces termes : « Jusqu’à preuve du contraire, pour moi,  Aliou Sall n’a pas touché de commissions. Que Frank Timis décide de lui dire, bon, écoute voilà pour tes vacances, voilà 20 millions. C’est eux deux que ça regarde. Lequel d’entre nous n’a jamais eu un ami qui lui a donné de l’argent pour régler tel ou tel problème ? », s’interrogeait Pierre Atepa Goudiaby, qui était invité à l’émission Questions Directes, le 14 Octobre 2016.

L’ex-conseiller du président Wade  a d’ailleurs rappelé qu’Aliou Sall lui a juré « que Frank Timis ne lui a rien donné ».

« Je ne suis pas Aliou Sall, mais, il faut savoir que Aliou Sall gère sa vie. Est-ce qu’il a pris des commissions ou non ? J’allais dire, à la limite, ça ne nous regarde pas. Ce qui doit nous regarder, c’est de savoir est-ce que Frank Timis, dans ses transactions, dans ce qu’il a fait,  a enfreint à la loi ou pas…Que Frank Timis ait eu des largesses pour lui, c’est possible.  Je ne peux pas accuser quelqu’un sans preuve », précisait-il sa pensée.

Au cours de cette interview, l’invité de Alassane Samba Diop avait remonté la genèse de l’affaire PETRO-TIM. Lui qui a présenté Aliou Sall à Frank Timis.

« J’ai connu Frank Timis par un coup de téléphone que l’ancien ministre Samuel Sarr m’a fait un jour », se remémora-t-il. Puisque que Karim Wade, qui était devenu ministre de l’Energie entre temps, ne voulait pas donner à Frank Timis « ses licences ». Wade, suivant la position de son fils, ne voulait pas non plus accorder à Timis le sésame précieux. « C’est une très bonne opportunité pour le Sénégal, mais le président est braqué », avait rappelle l’architecte, qui dit avoir connu le Roumain en Sierra Leone alors qu’ils étaient tous les deux concurrents sur un projet minier.

Lorsque que Pierre a plaidé le dossier de Timis auprès de l’ancien président de la République, ce dernier affichait des réticences relatives à la malédiction des ressources naturelles. Finalement, le pape du sopi lâchera du lest et recommande à son interlocuteur d’en discuter avec Karim Wade.

Au lendemain de la défaite de Me Abdoulaye Wade en 2012, Frank est revenu pour lui demander de le mettre en rapport avec un Sénégalais « pour diriger ses affaires ».

C’est comme ça que Pierre Atepa a présenté Aliou Sall à Fank Timis. « On se retrouve en Chine dans un cocktail », se souvient-il.

« Karim Wade n’a jamais voulu entendre parler de Aliou Sall », mentionnait encore le cadre casamançais.

Aliou Sall pouvait-il travailler avec Timis dans le privé, alors qu’il était employé par l’Etat du Sénégal ? Selon Atepa, le frère de Macky Sall  a signé sa lettre de démission 3 à 4 mois avant l’expiration de son engagement avec l’Etat pour contracter avec Timis.

« J’ai rien à me reprocher. Je suis très heureux d’avoir insisté auprès du président Wade… Une fois que je les ai mis ensembles, je ne me suis pas occupé de ce qui s’est passé », tente-t-il de rassurer son monde.