NETTALI.COM – Les Raptors de Toronto sont devenus ce vendredi, la première franchise canadienne à remporter le titre de NBA. Le Camerounais Pascal Siakam et le Congolais d’origine, Serge Ibaka sous la houlette de leur président, le nigérian Masai Ujiri, ont largement contribué à ce sacre historique.

Vainqueurs de trois titres sur les quatre dernières saisons, les Warriors de Golden State ont été déboulonnés par les Raptors de Toronto qui disputaient leur première NBA Finals. Cette franchise canadienne créée en 1996 peut remercier ses ‘’Africains’’, Pascal Siakam, Serge Ibaka et le boss Masai Ujiri.

Le duo Pascal Siakam – Serge Ibaka, une raquette 100% africaine qui fait des misères sur les parquets NBA. Et Toronto peut les remercier pour ce sacre historique et inattendu.

Pascal Siakam a fêté sa première bague NBA avec le drapeau du Cameroun sur ses épaules. Un geste qui prouve à suffisance la fierté de l’ailier fort des Raptors à représenter son pays et son continent.

« C’est un rêve. Et ça fait du bien de pouvoir réaliser ses rêves. C’est l’une des raisons pour lesquelles  je suis ici et j’ai ce drapeau qui représente le Cameroun et l’Afrique », a déclaré avec un large sourire, le joueur de 25 ans, devenu le premier Camerounais à remporter le titre le plus prestigieux et le plus convoité du basket. Titulaire indiscutable du 5 majeur des Raptors, Pascal Siakam était le véritable ‘’Lieutenant’’ du MVP des Finales, Kawhi Leonard.

L’autre homme fort des Raptors et originaire du continent africain est Serge Ibaka. Congolais d’origine et international espagnol, Serge Ibaka a été tout simplement phénoménal tout au long de la saison. Le pivot de Toronto a bloqué six tirs dans le Game 3 et a inscrit 20 points dans le Game 4. De mère RD Congo et de père du Congo Brazzaville, tous basketteurs internationaux avec leurs pays d’origine, Serge Jonas Hugo Ibaka Ngobila a rejoint l’Espagne en 2006 et finira par être naturalisé espagnole. Ex joueur du Thunder d’OKC et du Magic Orlando, Serge Ibaka a joué un rôle prépondérant pour son équipe. Capable de faire mouche à trois points, le Congolais d’origine s’est également distingué par sa puissance et sa vivacité qui ont fait de lui un excellent défenseur.

Ujiri Masai, l’œil du Super Eagle

Si Toronto peut remercier cette doublette africaine qui a largement participé au premier sacre d’une franchise non américaine,  il doit aussi faire pareil pour un troisième larron, un troisième africain et pas des moindres, le boss, le Nigérian Masai Ujiri.

Le malheureux finaliste de l’Afrobasket en 1997 avec les Super Eagles du Nigéria est considéré comme l’un des meilleurs dirigeants de la NBA. Le président des Raptors a eu le mérite de trader (transférer) Ibaka l’année dernière. C’est Ujiri Masai qui a également déniché Pascal Siakam. Avant d’avoir le culot de recruter Kawhi Leonard, un joueur que beaucoup d’observateurs enterraient vivant. Aujourd’hui, l’histoire lui a donné raison car Kawhi Leonard, MVP des  Finales NBA a été le fer de lance des Raptors.

Manager général de Toronto, Masai Ujiri est le premier africain à diriger une franchise NBA. Et l’histoire retiendra que c’est lui et ces deux Africains (Siakam et Ibaka) qui ont offert au Canada son premier titre. Une fierté pour l’Afrique !