NETTALICOM – Découvert par le grand public en  2011 quand il a porté une proposition de loi, qui fera long feu, exigeant de tout candidat à la présidentielle l’obtention de la licence, Alioune Souaré s’illustre encore par une nouvelle remarque qui va susciter beaucoup de commentaires au sein de la classe politique sénégalaise. A l’en croire, c’est Moustapha Cissé Lô qui devient président de la République du Sénégal, en cas d’empêchement de Macky Sall.

« Au regard croisé des articles 28 et 41, c’est ahurissant de noter qu’à l’état des dispositions actuelles de la constitution, en cas d’empêchement ou de démission du président de la République, c’est Moustapha Cissé Lô, premier vice-président à l’Assemblée nationale qui va suppléer le Président Macky Sall », c’est ce qu’a déclaré le parlementaire, ce lundi via les réseaux sociaux.

Dans le texte parcouru par notre confrère Seneweb, Souaré, qui est expert parlementaire, rappelle que l’article 41 de la Constitution détermine les conditions de la suppléance présidentielle et désigne le président de l’Assemblée nationale comme le potentiel remplaçant. Mais, s’empresse-t-il de signaler, le président de l’Assemblée nationale est, lui aussi, suppléé par le vice-président de l’institution parlementaire en cas de carence.

« Or, signale le député, cette carence est déjà établie pour l’actuel président de l’Assemblée nationale (Moustapha Niasse, Ndlr), frappé par la limite d’âge prévue par l’article 28 de la constitution dont la fourchette (pour être élu président de la République) est à 35 ans au moins et à 75 ans au plus ».

« Alioune Souaré suggère que le dialogue politique devrait inclure des discussions sur la suppléance », termine notre source.