NETTALI.COM – Le mandat du directeur général de la banque au carré rouge et noir a été renouvelé par les actionnaires lors de l’assemblée générale mardi. A la tête de la Société Générale depuis l’affaire Kerviel en 2008, Frédéric Oudéa a enchaîné crises et restructurations.

Le résultat du vote ne faisait guère de doute. Les actionnaires de Société Générale ont approuvé ce mardi 21 mai le renouvellement du mandat d’administrateur de Frédéric Oudéa, le directeur général du groupe bancaire, à près de 96%, pour quatre ans. Le conseil d’administration s’était engagé en mars à le reconduire au poste de directeur général. A la tête de la Soc Gen depuis avril 2008, après que l’affaire Kerviel eut contraint son prédécesseur et mentor, Daniel Bouton, à la démission, cet X-Ena de 55 ans est entré en 1995 dans la banque au carré rouge et noir, dont il est devenu directeur financier en 2003.

Onze ans plus tard, derrière cette longévité inégalée pour un patron d’une banque européenne actuellement à ce poste, l’établissement de La Défense semble pourtant peiner à redresser la tête. Il a enchaîné les crises, les restructurations et dû solder de nombreux litiges (scandale du Libor, soupçons de corruption en Libye), par des amendes négociées qui ont plombé les comptes. Les derniers mois ont été une nouvelle série d’épreuves, sur fond de chute des Bourses mondiales en fin d’année. Dès janvier, Soc Gen a dû réviser à la baisse ses objectifs du fait de piètres performances des activités de marché puis préparer les esprits à un nouveau plan social dans la banque de financement et d’investissement (1.600 emplois dont 750 en France).

Lisez la suite de l’article sur Tribune.fr