NETTALI.COM – La Cour suprême a rejeté aujourd’hui le recours déposé contre les restrictions imposées à Carlos Ghosn. L’avocat du magnat de l’automobile déchu dénonce “une situation inhumaine”.

Vents contraires pour Carlos Ghosn. Une situation “inhumaine et scandaleuse, même au regard des critères japonais” : un des avocats du magnat de l’automobile déchu ne mâche pas ses mots après le rejet par la Cour suprême du recours déposé contre les restrictions imposées. “Elle entérine ainsi la décision du tribunal de Tokyo d’interdire toute communication entre M. Ghosn et son épouse Carole sans une permission spécifique”, a déploré Takashi Takano en révélant le jugement de la plus haute instance judiciaire, au cours d’un entretien accordé à l’AFP.

L’ancien PDG de Renault-Nissan, soupçonné de malversations financières, avait été libéré sous caution le 25 avril à l’issue de trois semaines de détention, mais en échange de conditions plus drastiques que lors de sa première sortie de prison début mars, après 108 jours derrière les barreaux. “C’est la première fois dans mon expérience qu’un de mes clients est relâché sous de telles conditions, c’est très rare”, assure l’avocat. “Nous avons plaidé le fait qu’il s’agit d’une claire violation de notre propre Constitution et du traité des Nations unies que notre gouvernement a ratifié de longue date”, explique Me Takano, en référence au Pacte des Nations unies relatif aux droits civils et politiques.

“Malheureusement, à ma grande déception, même l’instance de dernier recours a ignoré nos arguments”, soupire-t-il, brandissant un bout de papier – le document d’une seule page reçu. La Cour suprême ne motive habituellement pas ses décisions, “mais ce cas étant très médiatisé et suivi par le monde entier, j’espérais une réponse montrant sa préoccupation”, dit le défenseur aux lunettes noires et à la barbe blanche, interviewé mardi soir dans son cabinet de Tokyo.

Avec Capital.fr