NETTALI.COM – De nombreuses centrales syndicales du pays  sont sur le pied de guerre pour s’opposer au refus du chef de l’Etat d’augmenter les salaires dans le secteur public. Après la CNTS-FC et d’autres forces ouvrières, l’Union des travailleurs du Sénégal (UTS) a réagi sur ce sujet, vendredi passé, lors d’une rencontre élargie à la presse, consécutivement au secrétariat exécutif national de la centrale tenue le 07 mai.

« La réaction inattendue, inappropriée du président de la République après le dépôt des cahiers de doléances des travailleurs, à l’occasion de la célébration de la fête internationale du travail du 1er mai, a plongé dans l’émoi le monde des travailleurs », juge l’Uts. Pour le secrétaire général de cette centrale syndicale, Alioune Ndiaye, le chef de l’Etat aurait pu choisir un autre cadre que celui du 1er mai pour « exprimer ses propos ». « Dans ce contexte socio-économique, en lieu et place de propos outrageants et mal venus, le monde du travail s’attendait plutôt à des réponses concrètes et positives face à des revendications multiformes mais légitimes », recadre le communiqué.

« L’attitude radicale pour la non prise en compte de l’amélioration d la grille indiciaire du salaire des travailleurs et des conditions de vie et d’existence des travailleurs de la fonction publique, a ainsi révélé le manque de disponibilité notoire, voire un mépris affiché pour la résorption, en général,  des revendications légitimes qui lui ont été soumises », déplore encore Alioune Ndiaye et Cie. Qui croient que « c’est possible d’augmenter les salaires ».

Le patron de l’Union des travailleurs du Sénégal a aussi dénoncé les disparités dans le traitement des salariés.

Ainsi, Alioune Ndiaye et ses camarades de l’Union des travailleurs de sénégalais, qui s’étaient réunis à leur siège à Pikine, invitent toutes les forces syndicales à une large concertation pour la défense exclusive des intérêts matériels et moraux des travailleurs.